Toutes les critiques de Premières vacances

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Voilà une comédie qui démarre tambour battant. La rencontre via Tinder du couple au cœur de cette intrigue (deux trentenaires parisiens qu’a priori tout oppose) est un modèle d’efficacité qui n’a rien à envier aux sommets anglo-saxons du genre. Mais c’est après ce prologue que les choses se gâtent, les deux tourtereaux décidant, contre l’avis de tous leurs proches, de partir en vacances ensemble pile à mi-chemin de leurs destinations rêvées : en Bulgarie. Car Patrick Cassir se met alors en tête de jouer avec les clichés, tant autour du bobo parisien que du Bulgare moyen forcément exotique aux yeux du Français en goguette. Ce petit jeu se retourne contre lui, les gags deviennent grossiers, le comique de situation pédale dans la semoule et l’efficacité de ses premières minutes n’est plus qu’un lointain souvenir.