Date de sortie 25 octobre 2017
Durée 91 mn
Réalisé par Vincent Macaigne
Avec Emmanuel Matte , Pascal Rénéric , Laure Calamy
Scénariste(s) Vincent Macaigne
Distributeur UFO Distribution
Année de production 2017
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Pascal et Pauline reviennent sur les terres de leurs parents après des années de voyage, et se retrouvent dans l’impossibilité de payer les traites du domaine. Ils se confrontent à leurs amis d’enfance, qui eux, d’origine modeste, n’ont jamais quitté leur campagne. Et à Emmanuel surtout, qui veut racheter leur terrain au meilleur prix pour l’expansion de ses maisons de retraite. Entre les amitiés d’hier et les envies de demain, la guerre aura-t-elle lieu ?...

Offres VOD

MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
Imineo HD SD Imineo 3.99 € Louer 14.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 13.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Casting

UFO Distribution / CG Cinéma / Les Canards Sauvages
UFO Distribution / CG Cinéma / Les Canards Sauvages

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Quiconque connaît les spectacles hystérico-bordéliques de Vincent Macaigne sera en terrain connu devant le premier long métrage de l’intéressé, chronique d’un retour sur leurs terres natales d’un frère et de sa sœur “bien nés” qui retrouvent leurs amis d’enfance, ravagés par l’aigreur et la rancune. Le format de l’image est carré comme pour mieux emprisonner les personnages dans leurs névroses et souligner l’origine théâtrale du projet, lointaine adaptation de La Cerisaie de Tchekhov. On s’engueule fort lors de longs plans séquences fixes qui évoquent la lutte des classes de façon ambiguë puisque le prolo rêve de s’élever socialement en rachetant et en lotissant les terres de l’aristo, garant d’un certain art de vivre français. Macaigne renvoie dos à dos les gagne-petit médiocres et les nantis suffisants, les écolos idéalistes et les bâtisseurs cyniques. C’est un film à rebrousse-poil, mal embouché et malpoli, qui irrite plus qu’il ne convainc à cause de sa noirceur irrémédiable, de son hystérie congénitale et de son interprétation flottante – et en dépit de sa sincérité.