Date de sortie 8 mai 2013
Durée 115 mn
Réalisé par Carlos Reygadas
Avec Adolfo Jiménez Castro , Nathalia Acevedo , Rut Reygadas
Scénariste(s) Carlos Reygadas
Distributeur Le Pacte
Année de production 2012
Pays de production Mexique, France, Espagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Au Mexique, Juan et sa jeune famille ont quitté la ville pour s'installer à la campagne. Là, ils profitent et souffrent d'un monde qui voit la vie différemment. Juan se demande si ces mondes sont complémentaires, ou bien s’ils s’affrontent inconsciemment pour s’éliminer entre eux.

Offres VOD de Post Tenebras Lux

Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Post Tenebras Lux

Photos de Post Tenebras Lux

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebra Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Post Tenebras Lux

Critiques de Post Tenebras Lux

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Critique contre : En trois longs métrages dérangeants – de Japón (2001) à Lumière silencieuse (2007) en passant par Batalla en el cielo (2004), son chef-d’oeuvre –, Carlos
    Reygadas, adepte de Robert Bresson et d’Andreï Tarkovski, nous a intrigués et bousculés. Son quatrième film agace d’autant plus qu’il s’ouvre sur une première scène sublime : une toute petite fille sous l’immensité d’un ciel furieux avec, autour d’elle, des chiens, des vaches, des chevaux. Elle les appelle, ils la frôlent et on a peur pour elle mais, finalement, un orage éclate... On est donc partants pour ce nouveau voyage au coeur d’un monde entre ténèbres et lumière (en latin dans le titre) où le mal – le mâle ? –, une fois encore, est à l’oeuvre. Partants, à condition que le cinéaste mexicain ne nous ensable pas l’oeil avec des images trafiquées aux contours flous. Ou qu’il ne désamorce pas
    consciencieusement la logique et l’intérêt en passant du coq à l’âne. De mêlées de rugby en partouzes (dans des chambres nommées Hegel ou Duchamp !), entre réminiscences et cauchemars, passé et présent, le problème n’est pas que l’on ne comprenne rien mais qu’il n’y ait rien à comprendre. Là où ses films précédents exploraient violemment la notion de sensation, celui-ci ne vise que le sensationnel bon teint, à coups de moments plus complaisants que surréalistes. Au rang des images chic et choc, il y a photo. On ne sait si l’on préfère le diable rouge fluo aux attributs virils apparents qui porte une boîte à outils ou bien l’homme qui parvient à arracher sa propre tête dans un geyser carmin...