Toutes les critiques de Pas son Genre

Les critiques de Première

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Cette adaptation d’un roman de Philippe Vilain tente d’observer à la loupe les liens qui, au-delà des barrières sociales et culturelles, peuvent se tisser entre un dandy érudit et une fille du peuple. Autant il est méprisant à l’égard de tous, autant elle est généreuse et sans a priori. Mais malgré la belle énergie déployée par Émilie Dequenne, le postulat ne dépasse jamais ce cap et ne s’incarne que rarement. Comme si les dés étaient forcément pipés : c’est
    irréalisable et nous allons vous le démontrer. On n’est donc pas dans les racines de cet impossible, sauf peut-être quand Clément n’assume pas de présenter Jennifer à une collègue du lycée, mais dans ses représentations diverses. Lucas Belvaux déclare avoir voulu traiter cette histoire du point de vue des deux protagonistes. Il met pourtant plus souvent en évidence le regard de Clément qui, au restaurant, remarque, sur le verre et la serviette, le rouge à lèvres trop gras, trop voyant.

Les critiques de la Presse

  1. Ouest France
    par Pierre Fornerod

    La mise en scène de Lucas Belvaux se laisse prendre avec finesse au plaisir de jouer avec les sentiments d'un mélodrame alerte et tonique.

  2. Le Canard Enchainé
    par David Fontaine

    Un film grave, superbement tourné aux scènes poignante et aux dialogues qui font mouche.

  3. Le JDD
    par Danielle Attali

    En adaptant le roman de Philippe Vilain, Lucas Belvaux signe ici une superbe histoire d’amour, une comédie qui a du coeur et des larmes, qui parle du racisme des sentiments et des préjugés.

  4. Metro
    par Marilyne Letertre

    Lumineuse, Emilie Dequenne transcende cette love story impossible avec Loïc Corbery, jolie révélation de ce feel good movie qui sort des sentiers battus.

  5. Elle
    par Anne Diatkine

    Loïc Corbery, de la Comédie-Française, est parfait dans le rôle de l’imbu, qui comprend, mais un peu tard, qu’il est peut-être amoureux. On pense à «La Dentellière». Et on se demande ce que donnerait un film où ce serait l’homme qui ne se sentirait pas à la hauteur.

  6. Les Inrocks
    par Serge Kaganski

    La relation amoureuse entre un homme et une femme d’univers culturels différents. Une étude de mœurs à la fois patiente et sous tension.

  7. Ecran Large
    par Sandy Gillet

    Le ton en apparence plus léger ici ne doit pas faire illusion. Avec Pas son genre, Lucas Belvaux continue avec assiduité son exploration des couples pris dans les affres d’une vérité sociale implacable.

  8. Le Parisien
    par Alain Grasset

    De façon presque clinique, mais avec délicatesse, on est pris dans leur histoire d'amour qui hésite entre un bel avenir commun et l'échec en raison des barrières sociales.

  9. StudioCiné Live
    par Laurent Djian

    On n'est pas à Hollywood, dans une romcom, et, ici les, différences socioculturelles parasitent les histoires d'amour. Émilie Dequenne a rarement été aussi bouleversante.

  10. Télérama
    par Frédéric Strauss

    Quand Clément, professeur de philo, rencontre Jennifer, coiffeuse à Arras, l'harmonie amoureuse semble possible, malgré leurs goûts et leurs façons de vivre radicalement différents... Regards sur la société et sur le couple se mêlent habilement dans ce film vivifié par le charme des personnages.

  11. Les Fiches du cinéma
    par Thomas Fouet

    Lucas Belvaux orchestre le bal des antagonismes dans un récit peu avare en archétypes, avant de rendre hommage et mystères à ses protagonistes dans un final poignant.

  12. RTL
    par Stéphane Boudsocq

    Un film remarquablement construit avec une nouvelle découverte venue de la Comédie Française, Loic Corbery, et dans le rôle de la coiffeuse, l'épatante Émilie Dequenne, qui trouve un registre plus léger après avoir été révélée notamment par les frères Dardenne.

  13. Nouvel Obs
    par Sophie Grassin

    Le film n'est pas exempt de clichés mais il a pour atout majeur l'intelligence de jeu d'une comédienne : Emilie Dequenne.

  14. TLC - Toute la Culture
    par La redaction de TLC

    Une comédie touchante, une histoire d’amour pleine de paradoxe, c’est ce qui la rend tout aussi unique. Pas son genre, réalisé par Lucas Belvaux semble être LA comédie à aller voir pour en sortir avec le sourire, tant les acteurs sont bons et crédibles.

  15. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    L'intellectuel et la coiffeuse, on devine la fable qui s'annonce. Certes, "Pas son genre" se présente comme un film plutôt sage, dont les péripéties sont loin d'être toutes imprévisibles. Mais l'important du film est ailleurs (...) il tient au parti pris de Lucas Belvaux.

  16. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Un film tendre sur un couple improbable. La tendresse que le réalisateur de 38 témoins (2012) porte à ses personnages est l’un des atouts majeurs de cette fausse comédie romantique. Ses acteurs, éblouissants, se laissent emporter dans cette histoire d’un amour qu’on sait condamné mais qu’on se plaît à croire possible le temps d’une projection…

  17. L'Express
    par Eric Libiot

    Lucas Belvaux livre une comédie cérébrale et charnelle. Une combinaison sans fautes que le duo d'acteurs Loïc Corbery et Emilie Dequenne ne ternit pas.

  18. A voir à lire
    par Virginie Morisson

    L’impossibilité d’aimer d’un homme se heurte à la joie de vivre et à l’affection de sa compagne, dans un film qui rappelle que l’amour ne fait pas toujours fi des milieux socioculturels.

  19. Le Figaro
    par Nathalie Simon

    En transposant au cinéma le livre de Philippe Vilain, Lucas Belvaux renoue avec le registre sentimental. Il traduit fidèlement le propos de l'écrivain : peut-on aimer quelqu'un issu d'un autre milieu social et d'une autre culture que soi ?

  20. Version Femina
    par Valérie Robert

    Difficile, ici, d’échapper aux clichés, (...). Mais Emilie Dequenne insuffle au film une énergie stupéfiante et roborative. On n’est pas près de l’oublier chantant I Will Survive dans un karaoké.

  21. Paris Match
    par Yannick Vely

    Là où le roman adopte un point de vue unique, non dénué d'un certain cynisme, le film glisse habilement d'un personnage à l'autre, opérant un subtil jeu de substitution. Il n'y a aucun mépris dans le regard de Lucas Belvaux, bien au contraire.

  22. Toutlecine.com
    par La rédaction de Toutleciné.com

    Une comédie romantique surprenante portée par un irrésistible duo d'acteurs. On rit, on est parfois même un peu ému, mais on passe surtout un bon moment devant Pas son genre.

  23. Cinenews.be
    par Sophie Rizzi

    ne comédie romantique qui évite de tomber dans le piège tendu par la guimauve dégoulinante mais se veut tout en délicatesse.

  24. Libération
    par Olivier Seguret

    Le problème du film est que le déséquilibre, amoureux, ou le malentendu, qu’il tente de décrire se double, à l’image, d’une autre forme de disproportion : à mesure que l’astre Dequenne impose son rayonnement, le corps de Clément s’efface, se dilue.

  25. La Croix
    par Jean-Claude Raspiengeas

    Lucas Belvaux filme avec délicatesse et au plus près les hésitations, les attentes, les impatiences des deux amants, l'émotion des premières fois (...) pointant, par touches ce qui les sépare et ne sera jamais comblé. Cinéaste étonnant (...) il montre que la culture ne sauve de rien, pas même de soi.

  26. Critikat.com
    par Ferhat Abbas

    Le film est sclérosé dans une certaine prévisibilité difficile à contourner, tant Lucas Belvaux fige d’entrée de jeu ses personnages dans une perspective d’évolution inégale, comme pour nous convaincre que la petite {Rosetta} ne pourra jamais devenir une grande dame.

  27. Les Cahiers du cinéma
    par Clémentine Gallot

    Cette sortie de route osée du cinéaste belge qui s’amuse à flirter avec le téléfilm laisse songeur. Pas forcément notre genre non plus.