Titre original Out
Date de sortie 2 août 2017
Réalisé par György Kristóf
Avec Ieva Aleksandrova-Eklone , Viktor Nemets , Sandor Terhes
Scénariste(s) György Kristóf, Eszter Horváth, Gábor Papp
Distributeur Arizona Films Distribution
Année de production 2017
Pays de production SLOVAQUIE
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

Alors qu'il vient de perdre son emploi dans une centrale nucléaire en Slovaquie, Agoston, la cinquantaine, décide de changer de vie. Après avoir annoncé la nouvelle à sa fille, il se lance dans un périple à travers l'Est de l'Europe, afin de retrouver un emploi et de réaliser son rêve, pêcher un gros poisson. Au cours de son long voyage, Agoston multiplie les rencontres, souvent surprenantes, qui lui font parfois prendre des chemins de traverse...

Critiques

  1. Première
    par Elodie Bardinet

    Premier film slovaque sélectionné au festival de Cannes, Out suit Agoston, un quinqua fraîchement licencié qui tente sa chance en Lettonie. Il laisse en Slovaquie sa femme aimante et sa fille en train de quitter le cocon familial pour travailler sur un chantier naval. C’est la première fois qu’il va voir la mer, et il rêve d’y pêcher un gros poisson.
    Sándor Terhes, qui était également sur la Croisette pour un second rôle dans Jupiter’s Moon, apporte charisme et douceur à cet ouvrier attachant. Lors de son périple, il croisera tour à tour des gens sympathiques ou antipathiques, voire carrément violents. Si le réalisateur aborde plusieurs thèmes forts (communiquer dans une langue étrangère, s’intégrer, vivre loin de ses proches…), l’ensemble manque d’originalité pour être vraiment frappant. Gorgy Kristof, qui signe là sa première mise en scène, filme tout de même quelques situations gentiment absurdes, qui rappellent parfois le cinéma d'Aki Kaurismaki : un patron de bar offrant une bière à tous ses clients qui se mettront à poil, le gérant d’un hôtel éclairant son cactus à heure fixe à l’aide d’une lampe mexicaine, une femme promenant son lièvre empaillé dépourvu d’oreilles…On aurait aimé davantage de folie de ce type pour dynamiser cette dramédie sociale, qui sonne juste, mais reste trop classique.