Date de sortie 29 mars 2017
Durée 111 mn
Réalisé par Arnaud des Pallières
Avec Adele Haenel , Adèle Exarchopoulos , Jalil Lespert
Scénariste(s) Christelle Berthevas, Arnaud des Pallières
Distributeur Le pacte
Année de production 2016
Pays de production france
Genre Drame

Synopsis

Portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne.

Offres VOD

UniversCiné SD UniversCiné 2 € Louer 5  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 11.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 11.99  € Acheter
Nolim Films SD HD Nolim Films 9.99  € Acheter

Dernières News

Orpheline : un antiportrait de femme vertigineux

Un labyrinthe mental porté par un trio d'actrices exceptionnel

Critiques

  1. Première
    par Gael Golhen

    Entre le labyrinthe mental et le portrait de femme explosé, un film étrange, porté par un trio d’actrice exceptionnel.

    On ne vous en voudra pas de ne pas connaître ce type. Arnaud des Pallièress'est progressivement imposé comme l’un des meilleurs « raconteurs d'histoire(s) » du cinéma français (oui, oui, la référence à Godard est faite exprès). Géant discret, il a tracé sa route à l’ombre de tout courant et de toute chapelle avec ses docs terrassants (sur le camp de Drancy ou sur Disneyland) et ses fictions kaleïdoscopiques fascinantes. Des mots, des voix off, des images qui s'impriment, souvent décalées, et les sentiments qui en découlent : mélancolie, ironie, inquiétude, dessillement... Ses films-labyrinthes imposent tous, au sens quasi-religieux, l’écoute et l’attention du regard. Et c’est le cas de son nouveau long-métrage, Orpheline.

    Film choral au personnage unique ou film intimiste aux acteurs multiples, Orpheline est un geste de cinéma déroutant, un truc comme n’en fabrique plus beaucoup par les temps qui courent. Un antiportrait de femme, la radioscopie d'une héroïne en dispersion, implosée, émiettée, complexe. Un film confus ; un voyage au cœur des ténèbres. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Le film dévoile, petit à petit et à rebours, trois personnages de femmes fortes, chacune à un moment déterminant de sa vie : il y a la jeune institutrice rangée qui va être rattrapée par son passé ; puis la fille en colère, arrivée par hasard à Paris et paumée entre ses mauvaises fréquentations et son sugar daddy ; et l’adolescente fugueuse coincée entre un petit copain violent et un père absent qui veut assumer et assouvir tous ses désirs (de liberté, de sexe, de plénitude). Trois personnages typés de fiction, au cœur de segments quasiment autonomes (au début en tout cas), trois figures privées de re-père qui convoquent autant de genres différents (le drame social, le polar, le récit initiatique) et finissent par devenir trois étapes de la vie d’une même femme à la recherche de son identité. Pour accroitre le sentiment de vertige et de poésie, ces trois « moments » sont incarnées par trois actrices différentes (Solène RigotAdèle Exarchopoulos et Adèle Haenel) qui donnent chair de manière paroxystique et radicalement différente à ce personnage.

    Je est des autres

    Le dispositif de des Pallières accroit évidemment le trouble identitaire du personnage et pousse l'axiome rimbaldien à son paroxysme : je est non plus un autre, mais trois et même quatre autres. C’est ce qui fait l’étrangeté fantastique du film : Renée/Sandra est-elle plus la timide et farouche Solène Rigot ? La provocante et terriblement sensuelle Adèle Exarchopoulos ou bien la sage mais déterminée Adèle Haenel ? Progressivement, ce jeu à trois bandes transforme le film en expérience participative et le spectateur est amené à découvrir l’enjeu du film et son ambition au fil de ce récit en poupée russe. Le patchwork d’actrices et de sensibilités tisse le fil d’Ariane d’une remontée à travers la psyché et vers le trauma enfantin originel de l’héroïne. Grâce à cet artifice, Renée/Sandra devient un objet du désir obscur qui permet d'embrasser la complexité des regards altérés, diffractés, des hommes (le père, le protecteur, l’amant, l’ennemi). Et celle de l’héroïne qui devient «  toutes les femmes », ou en tout cas tous ses futurs. Un peu comme dans les films méta de Resnais, tout cela demande évidemment un effort au spectateur. On doit se débarrasser de tout jugement hâtif, accepter la page blanche de chaque segment pour accueillir les (nouveaux) corps et les visages, les voix, le mélange (d’histoire, de discours philo, d’intrigues et de personnages). On passe de la violence à la lumière pour revenir à la noirceur… C’est un programme ambitieux. Mais des Pallières sait que c'est le programme d'une vie. Et si on en accepte les règles du jeu, c’est parfois bouleversant.