Titre original Only Lovers Left Alive
Date de sortie 19 février 2014
Réalisé par Jim Jarmusch
Avec Tom Hiddleston , Tilda Swinton , Mia Wasikowska
Scénariste(s) Jim Jarmusch
Distributeur Le Pacte
Année de production 2014
Pays de production CY,FR,DE,GB
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Dernières News

Jim Jarmusch tourne un film de zombies avec Bill Murray

Le script est "hilarant", promet Bill Murray.

Avec Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch revisite le mythe d’Adam et Ève à la mode vampire [critique]

Tilda Swinton et Tom Hiddleston s'aiment pour l'éternité, ce soir sur Arte.

Photos

Only Lovers Left Alive

Critiques

  1. Première
    par Stephanie Lamome

    Jim Jarmusch revisite le mythe d’Adam et Ève à la mode vampire, avec un Adam qui aurait depuis bien longtemps croqué la pomme – et le ver et les descendants qui vont avec. Une sorte de Dracula rock star qui, d’avoir trop fréquenté lord Byron, aurait le moral à zéro pour perpète. Tout ça dans un décor de cimetière urbain qui n’en finit pas de crever (Detroit) ou de ruelles cosmopolites en lambeaux (Tanger), où se fondent deux acteurs à la longue silhouette aristocratique. Tilda Swinton, vampire albinos à la beauté lasse, et Tom Hiddleston, visage marmoréen plein d’angles morts, composent deux splendides créatures à crinière qui s’aiment à s’épuiser. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le film a de la gueule. Au point même que le souvenir indolent des Prédateurs de Tony Scott avec sa décadence chiquissime revient nous mordiller délicieusement le cou. Mais au-delà de la vitrine snob « Lunettes noires pour nuits blanches entre Detroit et Tanger », au-delà de l’humour dévastateur du film qui s’amuse à évider les codes du genre, Jim nous dresse surtout le portrait, magnifique, d’un « vieux » couple immémorial dont les nuits sont plus belles que nos jours. Un couple qui aurait la même conversation depuis cinq cents ans, dont l’endurance sexy laisserait exsangue. Un couple que l’on saisirait au moment de l’éternité et un jour...