Titre original Aravim rokdim
Date de sortie 11 février 2015
Durée 104 mn
Réalisé par Eran Riklis
Avec Tawfeek Barhom , Ali Suliman , Yaël Abecassis
Scénariste(s) Sayed Kashua
Distributeur PYRAMIDE DISTRIBUTION
Année de production 2014
Pays de production ISRAËL, France, Allemagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Iyad a grandi dans une ville arabe en Israël. A 16 ans, il intègre un prestigieux internat juif à Jérusalem. Il est le premier et seul Arabe à y être admis. Il est progressivement accepté par ses camarades mais n’a qu’un véritable ami, Yonatan, un garçon atteint d’une maladie héréditaire. Iyad se rapproche de la famille de Yonatan, apportant du courage et de la force à sa mère Edna. Il devient vite le deuxième fils de la famille...Adaptation des romans Les Arabes dansent aussi et La deuxième personne de Sayed Kashua

Offres VOD de Mon fils

UniversCiné HD SD UniversCiné 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Mon fils

Photos de Mon fils

DR
DR
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies
Pyramide Distribution / Konken Studios / United Channel Movies

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Mon Fils

Critiques de Mon fils

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Adapté de deux romans de l’écrivain arabe israélien Sayed Kashua, "Mon fils" suit le parcours d’Iyad, jeune Arabe habitant en Israël qui intègre à 16 ans un illustre internat juif de Jérusalem. En fier adepte de l’alliance des contraires, Eran Riklis (réalisateur des "Citronniers") entame son récit comme une comédie nostalgique avant d’opérer un tournant plus tragique où interdits amoureux, combat contre la maladie et conflits familiaux alimentent la chronique d’une intégration rendue quasi impossible par les préjugés. Malgré un arc narratif qui peine à unifier les différentes intrigues, le discours pacifiste du cinéaste défend une idée tourmentée mais forte : l’apaisement identitaire passe également par la transgression des règles établies et par une nécessaire confrontation avec la morale dominante.