Date de sortie 24 novembre 2010
Réalisé par Mikhaël Hers
Avec Marie Rivière , Lolita Chammah , Thibault Vincon
Scénariste(s) Mariette Désert, Mikhaël Hers
Distributeur Ad Vitam
Année de production 2010
Pays de production FR
Genre Comédie, Romance

Synopsis

Août, Hauts de Seine, dans la banlieue Sud-Ouest de Paris, sept amis de 25 ans se retrouvent plus ou moins "fortuitement" à passer quelques jours dans cette ville qui les a vus grandir.Chacun a ses raisons d'être là : certains y vivent encore, d'autres y reviennent pour des raisons familiales, d'autres y cherchent des traces d'une adolescence tenace, d'autres pensent peut-être échapper au désœuvrement ou y trouver l'amour...Pendant une semaine, nous les suivons de manière isolée et en groupe. Au détour des rues désertées de cette ville fantôme, alors que les journées filent sous le bleu profond du ciel d'août, chacun porte en lui l'intuition que ces moments partagés sont peut-être les derniers...

Toutes les séances de Memory Lane

Photos de Memory Lane

DR

Memory Lane

Critiques de Memory Lane

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Une voix off nous avertit d’emblée : ce présent sur l’écran est déjà révolu, et peut-être même n’a-t-il pas tout à fait existé de cette manière... Finalement, c’est tout ce qu’on lui souhaite car, dans la vie de ces jeunes gens, au demeurant charmants, il ne se passe rien et, à force, ça lasse ! On voit bien ce que Mikhaël Hers (auteur de trois moyens métrages remarqués : Charell, Primrose Hill et Montparnasse) veut faire avec ce premier long. Il cherche à filmer un entre-deux. Ni l’adolescence ni tout à fait l’âge adulte ; ni Paris ni la province ; ni le désespoir ni le bonheur... Ses héros ne cessent de marcher et de passer des ponts et, quand ils s’arrêtent, c’est pour regarder au loin en silence. Là où plein de jeunes cinéastes vont dans la surenchère d’explications, Hers privilégie l’épure, mais il place le spectateur dans une telle impossibilité de comprendre qui sont ses personnages, en dehors de quelques grandes lignes (l’amoureux, le dépressif...), qu’il finit par avoir raison de nous.