Titre original También la lluvia
Date de sortie 5 janvier 2011
Durée 104 mn
Réalisé par Icíar Bollaín
Avec Luis Tosar , Gael García Bernal , Carlos Aduviri
Scénariste(s) Paul Laverty
Distributeur Haut et Court
Année de production 2010
Pays de production Espagne, France, Mexique
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d'un film. Les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l'un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l'accès à l'eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d'un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

Offres VOD de Même la pluie

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer

Toutes les séances de Même la pluie

Photos de Même la pluie

DR

Meme la pluie

Casting de Même la pluie

Carlos Aduviri
Daniel / Hatuey
Karra Elejalde
Anton / Christophe Colomb

Critiques de Même la pluie

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Inspiré d’une histoire vraie, celle du soulèvement, en 2000, des habitants de Cochabamba pour empêcher qu’une entreprise nord-américaine ne prenne le contrôle de l’eau, Même la pluie démarre magnifiquement. Les problèmes financiers et artistiques et les images en train de se tourner sont mêlés avec habileté au contexte économique et social subi par ceux que la production se targue de ne payer que quelques dollars. Mais, dans la seconde partie, les ficelles du scénario se font cordes à noeuds. Face à Daniel, l’activiste bolivien qui fait passer la cause avant son boulot de figurant, les personnages de Sebastian et de Costa, trop flous et redondants sur les « ravages de la colonisation », perdent en force. Le manichéisme l’emporte et le film, malgré des acteurs impeccables, devient larmoyant.