Manglehorn

Manglehorn

Internautes
0

Aucun vote pour le moment

Première
3.75

(1 critique)
Presse
2.32143

(14 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
3.75

Gérard Delorme
3.75

"Manglehorn" est un film "à clé", qui décline justement cette métaphore de multiples façons. Il y a d’abord le métier de serrurier, auquel on pourrait appliquer ce qui se dit des cordonniers (proverbialement mal chaussés). Alors que "Manglehorn" passe sa vie à ouvrir les portes des autres, lui-même est fermé à double tour. Le film nous l’apprend progressivement, comme une mosaïque en train de s’esquisser. Ce personnage manifeste une insensibilité anormale, notamment lors de trois séquences de fâcherie avec un sympathique maquereau Harmony Korine), un fils parvenu (Chris Messina) et une banquière qui lui fait de l’œil (Holly Hunter). Sa vérité se révèle à la suite d’un épisode apparemment anodin : comme son chat, qui vient d’être opéré pour récupérer une clé qu’il a avalée, Manglehorn doit trouver en lui la façon d’ouvrir son cœur et de se délivrer d’un secret qui l’obsède. Ça a l’air tarte, mais c’est beau comme un conte de fée pour adultes. Gordon Green l’assaisonne avec un mélange d’ultranaturalisme presque documentaire traversé d’éclairs poético-surréalistes. Al Pacino s’est fondu comme un caméléon dans ce décor, même si on reconnaît son jeu, plus proche de la modestie de "L’Épouvantail" que de n’importe quel autre de ses rôles

Les autres avis de la presse (14)
2.32143

StudioCiné Live
(Thierry Chèze)
2.5

Construire un récit sur un homme aussi antipathique tient du défi. Green ne trouve jamais le ton juste (...) Le film s'avère un brin trop corseté pour séduire.

Télérama
(Jacques Morice)
1.25

Qu'arrive-t-il au grand Pacino ? A l'instar du récent "The Humbling", le comédien en fait des tonnes sur le registre du déclin plaintif. Ressaisis-toi, Al, trouve autre chose..

Les Inrocks
(Vincent Ostria)
1.25

Heureusement que dans cette mélopée un peu gnangnan surnagent quelques petits miracles. Notamment le personnage de la caissière de banque incarnée par Holly Hunter avec une émotion à fleur de peau et un jeu très nuancé.

Le Monde
(Franck Nouchi)
1.25

En dépit de son talent, Al Pacino, dont on se demande parfois ce qui peut le pousser à tourner dans des films pareils, n’y peut pas grand-chose : à force, tout bêtement, on finit par s’ennuyer…

20 Minutes
(Caroline Vié)
3.75

Une chronique sensible signée David Gordon Green où Al Pacino confirme qu’il n’a rien perdu de son potentiel pour émouvoir le spectateur.

Direct Matin
(La rédaction de Direct Matin)
3.75

Revenant à la sensibilité de ses premiers longs-métrages, David Gordon Green offre à Al Pacino un rôle complexe. Magistral, l’acteur du "Parrain" livre une prestation émouvante dans ce rôle d’homme cabossé.

A voir à lire
(Frédéric Mignard)
1.25

Si David Gordon Green ne manque pas de talent dans sa réalisation, le ton languissant et la lourdeur métaphorique rendent cette rencontre de cinéma un peu poussive. On a vu des écritures plus pertinentes, celle du scénariste Paul Logan est scolaire et inspire l’indifférence.

Culture box by france Tv
(Jacky Bornet)
1.25

Un film ambitieux, sur un personnage impersonnel issu de la société que l'on connaît, qui rate sa cible. Avec un grand acteur qui rame dans sa prestation.

Nouvel Obs
(Pascal Mérigeau)
2.5

C’est Pacino, Pacino, Pacino. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle, loin de là, même si l’acteur en fait des kilos, dans un rôle qui s’y prête.

Le JDD
(Stéphanie Belpêche)
2.5

On éprouve de l’empathie pour ce personnage de misanthrope au cœur brisé dans ce drame intime plein de nostalgie et de tendresse.

A nous Paris
(La rédaction d' A nous Paris)
5

Le grand Al Pac’ réhabilité ici par David Gordon Green dans un film poétique et sensible, dont le seul but est de nous montrer un homme, un serrurier qui plus est, enfermé dans son passé et sa peur d’aimer, s’ouvrir de nouveau à la vie.

Excessif / TF1 News
(Romain Le Vern)
2.5

Tout est déjà trop vu dans "Manglehorn" pour produire de réels éclats.

La Croix
(Corinne Renou-Nativel)
2.5

Ce film lent déroule ses métaphores appuyées jusqu’à la révélation du secret de Manglehorn lorsqu’il cesse enfin d’en être le prisonnier.

Clapmag.com
(Elisabeth Yturbe)
1.25

Sans révéler la fin, elle est évidente et confondante de naïveté au regard du reste du film, qui transpire un mélange d’amertume, de dégoût des autres et de regrets.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 08/11 au 14/11 2017
En collaboration avec CBO

10%
Nombre d'entrées: 
341 694
Cumul des entrées: 
1 955 056

10%
Nombre d'entrées: 
338 527
Cumul des entrées: 
1 328 735

9%
Nombre d'entrées: 
315 948
Cumul des entrées: 
315 948

9%
Nombre d'entrées: 
311 991
Cumul des entrées: 
2 160 075

5%
Nombre d'entrées: 
182 466
Cumul des entrées: 
2 686 809

Les plus vues