Date de sortie 16 mars 2011
Durée 109 mn
Réalisé par Cédric Klapisch
Avec Karin Viard , Gilles Lellouche , Audrey Lamy
Scénariste(s) Cédric Klapisch
Distributeur StudioCanal
Année de production 2011
Pays de production France
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

France, ouvrière, vit dans le nord de la France, à Dunkerque, avec ses trois filles. Son usine a fermé et ses collègues se retrouvent comme elle au chômage. Elle décide de partir à Paris pour trouver un travail. Elle accepte un stage pour devenir femme de ménage. Puis se fait engager chez un homme qui vit dans un univers radicalement différent du sien. L'homme est un riche trader qui travaille entre la City de Londres et le quartier de la Défense. France découvre alors les gens qui vivent dans le luxe. Et finira par apprendre que le sympathique trader est en partie responsable de la faillite de son ancienne entreprise.

Offres VOD de Ma part du gâteau

Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Ma part du gâteau

Dernières News sur Ma part du gâteau

Photos de Ma part du gâteau

DR
PRODUCTION / CE QUI ME MEUT
PRODUCTION / CE QUI ME MEUT
PRODUCTION / CE QUI ME MEUT

Ma part du gâteau

MA PART DU GATEAU (2010)

MA PART DU GATEAU (2010)

MA PART DU GATEAU (2010)

Casting de Ma part du gâteau

Karin Viard
France Leroy
Gilles Lellouche
Stéphane «Steve» Delarue

Critiques de Ma part du gâteau

  1. Première
    par Julien Samy

    Pas évident de comprendre ce que Cédric Klapisch a voulu faire. Une comédie ? Un drame social ? Un feel-good movie ? Un Romuald et Juliette moderne ? A moins qu'il ne s'agisse d'une parabole sur notre pays en général ? Sans doute le réalisateur était-il désireux de se libérer de son étiquette de cinéaste générationnel en s'aventurant sur le terrain socio-politique, qu'il avait déjà abordé dans Paris. Mais alors, pourquoi cette indécision entre différentes tonalités, cette réticence à brusquer le spectateur, ce final hésitant et évasif ?