Date de sortie 27 mai 2015
Durée 103 mn
Réalisé par Oscar Ruiz Navia
Avec Jovan Alexis Marquinez , Calvin Buenaventura , Gustavo Ruiz Montoya
Scénariste(s) César Augusto Acevedo, Oscar Ruiz Navia
Année de production 2014
Pays de production COLOMBIE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Dans la journée, Ras est ouvrier dans le bâtiment. Tous les soirs après le travail, il tague des graffitis sur les murs du quartier dans l’est de Cali (Colombie). Ras n’a pas dormi depuis longtemps et commence à rêvasser en plein jour. Quand il vole plusieurs pots de peinture pour finir une immense fresque murale, il est renvoyé. Sans le sou, il arpente la ville à la recherche de Calvin, son ami graffeur qui fait des études d’art et veille avec amour sur sa grand-mère.

Offres VOD de Los Hongos

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Los Hongos

Photos de Los Hongos

DR
DR
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue
Arizona Films / Contravía Films / Burning Blue

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Los Hongos

Critiques de Los Hongos

  1. Première
    par Bernard Achour

    Deux jeunes graffeurs colombiens décident de mettre leur art au service d’une fresque dédiée aux révoltés des Printemps arabes. Une peinture attentive et crédible de l’amitié, des personnages dessinés avec un vrai sens de la nuance (une grand-mère craquante, un père pittoresque sans être caricatural), l’état des lieux d’un pays moins démocratique qu’il ne le voudrait, des bouffées de mystère, un éloge de l’engagement citoyen par-delà les frontières, un épilogue en apesanteur et onirique… Mais on peut regretter que, faute de liant, l’arborescence de péripéties et de ruptures de ton flirte avec une certaine gratuité, au point que l’empathie du spectateur s’en trouve légèrement parasitée.