Date de sortie 27 janvier 2016
Réalisé par Bouli Lanners
Avec Albert Dupontel , Bouli Lanners , Suzanne Clément
Scénariste(s) Bouli Lanners
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2015
Pays de production france, BELGIQUE

Synopsis

Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d’un téléphone volé au contenu sensible. Leur chemin va croiser celui d’Esther et Willy,  un couple en cavale. Et si c’était la fin du monde ? Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ?

Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers.

Dernières News

Diamond Island triomphe à Cabourg

Le film de Davy Chou remporte le Grand Prix du festival romantique

Cinq films à voir avant Les Premiers, les derniers

Révision cinéphile express avant le western post-apo de Bouli Lanners

Casting

Michael Lonsdale
Jean-Berchmans, patron de la maison d’hôte

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Dans des décors naturels sombres, plats et fouettés par le vent (une vision neurasthénique de la Belgique actuelle ?), des personnages hyperincarnés mais comme dépourvus d’âme (à l’exception du jeune couple) jouent les cowboys et les Indiens de notre temps ou d’un futur proche. De ces stéréotypes de western, Bouli Lanners tire un film puissant sur l’ultramoderne solitude et sur la violence qu’un monde débarrassé des codes sociaux de base pourrait faire naître. On pense évidemment à Mad Max, autre western revisité, qui semble être la référence de Lanners dans son approche plastique – minimaliste et cohérente – et psychologique des personnages. Les acteurs ont d’ailleurs, semble-t-il, pris un plaisir évident à jouer ce type de héros grisâtres, peu courants sous nos latitudes. Ils sont tous impériaux, du taciturne Albert Dupontel au mystérieux Bouli Lanners, en passant par l’incontrôlable Serge Riaboukine. Leurs performances procurent un plaisir immédiat, décuplé par la singularité de ce projet qui s’inscrit dans la courte, mais déjà impressionnante, filmographie de son auteur.