Date de sortie 28 janvier 2015
Réalisé par Mario Fanfani
Avec Jeanne Balibar , Clément Sibony , Zazie de Paris
Scénariste(s) Mario Fanfani, Gaëlle Macé
Distributeur Le pacte
Année de production 2015
Pays de production FR
Producteurs Lola GANS

Synopsis

Metz, 1959.Michel, un respectable notaire de province et sa femme Hélène, qui partage son temps entre les oeuvres caritatives et l’éducation de leur fils, forment un couple exemplaire.Le tableau serait banal si Michel ne dissimulait un lourd secret : tous les week-ends, il s’absente dans sa résidence secondaire pour devenir Mylène sous le regard de Flavia, travesti expérimenté et ancien camarade de la drôle de guerre.Sous son influence, le lieu devient la Villa Mimi, point de ralliement d’une petite communauté d’hommes qui jouent librement à être des femmes…

Toutes les séances de Les Nuits d'Eté

Photos de Les Nuits d'Eté

DR
DR
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma
Le Pacte / 24 Mai Production / France 3 Cinéma

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Les Nuits d'Eté

Casting de Les Nuits d'Eté

Clément Sibony
Suzy Corridor
Mar Sodupe
Suzanne Müller

Critiques de Les Nuits d'Eté

  1. Première
    par Bernard Achour

    Ce n’est pas tous les jours qu’un film donne le sentiment de faire absolument ce qu’il veut, aussi bien dans ses partis pris de mise en scène que dans la conduite de son récit. Quitte à déconcerter, "Les Nuits d’été" prend ainsi le temps d’imposer le comportement énigmatique de ses personnages (le notaire, son épouse, un jeune soldat déboussolé), le contexte historique de son intrigue (la guerre d’Algérie, omniprésente), ses rituels de travestissement fiévreux ou encore l’élégance apparemment gratuite de certains cadrages. Puis, insensiblement, les planètes s’alignent, la musique se met à infuser subtilement l’oppressant silence qui régnait jusque-là, la lumière se déploie comme sur un tableau de Renoir, les corps s’humanisent… Prélude à une éclosion romanesque de toute beauté, qui culmine lors d’une longue séquence campagnarde au cours de laquelle le cinéaste tombe le masque de l’expérimentation et de la retenue pour soulever des houles de frissons dont la noblesse et la gravité égalent celles de leurs enjeux.