Titre original Jiao You
Date de sortie 12 mars 2014
Réalisé par Tsai Ming-liang
Avec Lee Kang-Sheng , Kuei-Mei Yang , Lu Yi-Ching
Scénariste(s) Tsai Ming-liang
Distributeur Urban Distribution
Année de production 2014
Pays de production FR,TW
Genre Drame

Synopsis

Hsiao Kang est un bon à rien dont l’unique activité lucrative est de faire l’homme- sandwich dans les rues de Taipei. Il fume et pisse au milieu des rues qui déversent continuellement leurs flots de voitures et de piétons. Ses deux enfants sont les seules personnes qu’il fréquente. Ils mangent, se lavent les dents, s’habillent et dorment ensemble. Ils n’ont ni eau, ni électricité et dorment sur le même matelas, blottis les uns contre les autres avec un chou. La ville entière est devenue le terrain de jeu de bandes de chiens errants et la rivière est loin, très loin. Une nuit de tempête, Hsiao- Kang décide d’emmener ses enfants pour une balade en bateau.

Toutes les séances de Les Chiens Errants

Photos de Les Chiens Errants

DR
DR
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution
Urban Distribution

Les Chiens Errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Affiche Française

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Les chiens errants

Critiques de Les Chiens Errants

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Tsai Ming-liang creuse le sillon de ses précédents films, ajoutant une pointe de désespoir à ce portrait d’une famille décomposée qui hante Taipei. Comme d’habitude, l’élément liquide prédomine. Alors que La Saveur de la pastèque ruisselait de sperme, cette fois l’écran est inondé de larmes. Celles des adultes qui, après avoir presque tout perdu, se consolent avec ce qui leur reste : la garde de leurs enfants et une certaine sérénité face à l’inutile agitation du monde. Les objets pleurent aussi, telle cette maison maculée de coulures, peut-être d’avoir assisté à trop de ruptures. Sans oublier le ciel, puisqu’il pleut jour et nuit sur la ville. Comme toujours, les plans sont délibérément composés et rythmés. Lee Kang-shen, l’interprète fétiche du cinéaste, qui a pris du poids, surprend encore, comme lorsqu’il se met à dévorer un chou tout cru. Ce film n’est pas pour tout le monde, mais les habitués se régaleront.