Toutes les critiques de Les Chevaliers du Zodiaque - La Légende du Sanctuaire

Les critiques de Première

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Ce manga puis dessin animé culte apparu à la fin des années 80 a séduit une génération de fans par sa réinterprétation belliqueuse et échevelée de la mythologie grecque et de l’astrologie. Ce reboot, qui remplace l’onirisme du dessin original par une esthétique de synthèse rappelant les adaptations de "Final Fantasy" et "d’Albator", condense le vaste arc narratif du Sanctuaire sans jamais parvenir à rendre attachants Seiya, Shiriû ou Ikki, intrépides guerriers qui doivent affronter l’armée des 12 Chevaliers d’or pour protéger la déesse Athéna. Chargée de mettre en mouvement des personnages inexpressifs et des combats sans âme, la réalisation propose quelques plans stimulants mais échoue à sauver cette glaciale épopée du néant émotionnel.

Les critiques de la Presse

  1. Le Parisien
    par Renaud Baronian

    Même le graphisme qui, s'il a été modernisé via l'animation numérique, ne dénature pas l'esprit d'origine, avec ces costumes presque disco et hauts en couleurs, et cette musique rock interstellaire diffusée à fond pendant les batailles. On en prend plein les yeux et les oreilles, et comme on est venu pour ça, on passe un joyeux moment...

  2. Culture box by france Tv
    par Jacky Bornet

    Spectaculaire et beau, "Les Chevaliers du Zodiaque" devrait enchanter les fans d'antan et faire de nouveaux jeunes adeptes.

  3. Télérama
    par Thomas Bécard

    Il faut peut-être avoir été ­biberonné au "Club Dorothée" pour trouver un intérêt dans cette nouvelle version en 3D, signée Keichi Sato, de la série animée culte des années 1990. Mais même dans un scénario à la limite du compréhensible, voir Seiya revêtir son armure de Pégase produit toujours son petit effet.

  4. Critikat.com
    par Benoît Smith

    Le tout est loin d’être honteux, mais fait régulièrement sentir qu’il aurait gagné à se déployer sur une longueur supérieure, voire s’incarner en une nouvelle série. Comme si les soubresauts d’un feuilleton restaient le berceau idéal de cette saga.

  5. Direct Matin
    par La rédaction de Direct Matin

    Un long métrage à considérer comme un reboot plutôt qu'une œuvre fidèle à l'original.

  6. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Adoptant un look résolument moderne, ce film riche en scènes d'action évoque l'esthétique des "Final Fantasy" et "Thor" version Kenneth Branagh. De quoi attirer un nouveau public, plus jeune, vers ces légendes peuplées de guerriers armés jusqu'aux dents.

  7. A nous Paris
    par La rédaction d' A nous Paris

    Des chevaliers en armure qui se tapent dessus sans qu’on ne sache plus trop vraiment qui est qui. Mais l’animation soignée enchantera les nostalgiques et les gagas de mangas.

  8. Les Inrocks
    par Jacky Goldberg

    Le scénario est ici repris à l’identique, mais absurdement comprimé pour tenir en 1 heure 30 (...) Surtout, le graphisme, à l’époque rudimentaire mais non dénué de charme avec ses effets 
au ralenti, est désormais d’une laideur abyssale, piquant les yeux à chaque changement de plan.

  9. Le Monde
    par La redaction du Monde

    On a plus l’impression de flotter dans un jeu vidéo bâclé que de croquer dans la madeleine de Proust.

  10. Ecran Large
    par Christophe Foltzer

    Insultant vis-à-vis de son matériau d'origine et à la réalisation inégale, "La légende du Sanctuaire" est un affront dont on mettra longtemps à se remettre. Fans "des Chevaliers du Zodiaque", passez votre chemin.

  11. Le Point
    par Thomas Mahler

    L'ensemble s'avère particulièrement laid (...) Sur le plan narratif, le film de Keiichi Sato ambitionne de résumer en une heure et demie l'ensemble du premier cycle de la saga. Résultat : après une brève présentation de la cosmogonie du manga, le spectateur a droit à une succession particulièrement indigeste de combats confus, gloubi-boulga pugilistique dans lequel il peine même à distinguer les protagonistes.

  12. Excessif / TF1 News
    par Romain Le Vern

    A moins que nos souvenirs d'enfance nous jouent des tours, la série animée d'origine était infiniment plus fascinante, solennelle et sombre que ce produit hideux, assez douloureux à regarder.