Date de sortie 10 juin 2009
Durée 90 mn
Réalisé par Riad Sattouf
Avec Vincent Lacoste , Anthony Sonigo , Alice Tremolières
Scénariste(s) Riad Sattouf, Marc Syrigas
Distributeur Pathé Distribution
Année de production 2009
Pays de production France
Genre Comédie
Couleur Couleur

Synopsis

Hervé, 14 ans, est un ado moyen débordé par ses pulsions, ingrat physiquement et moyennement malin, qui vit seul avec sa mère. Au collège, il s'en sort à peu près, entouré par ses bons copains. Sortir avec une fille, voilà qui mobilise toute sa pensée. Hélas, dans ce domaine, il accumule râteau sur râteau, sans toutefois se démonter. Un jour, sans très bien comprendre comment, il se retrouve dans la situation de plaire à Aurore, l'une des plus jolies filles de sa classe... Entouré par une galerie de personnages croustillants et pas piqués des hannetons, Hervé tente de grandir dans ce petit monde en perpétuelle mutation, ce monde de l'adolescence ou les émotions apprennent à être dominées.

Toutes les séances de Les Beaux Gosses

Photos de Les Beaux Gosses

DR
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES
PRODUCTION / LES FILMS DES TOURNELLES

Les Beaux Gosses

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

LES BEAUX GOSSES (2009)

Critiques de Les Beaux Gosses

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Si Les Beaux Gosses a bien des airs d’American Pie made in France, c’est avant tout un film très personnel qui brasse des influences diverses : Larry Clark (Kids) pour le côté naturaliste et cru, Patrick Schulmann (P.R.O.F.S.) pour l’héritage franchouillard assumé, les BD Fluide Glacial pour l’esprit punk et régressif. D’autant plus tordant qu’il est à peine caricatural, Les Beaux Gosses dresse en creux un portrait terrible de l’adolescence, cet âge où les pulsions hormonales se heurtent aux limites d’un physique souvent ingrat et d’un mental friable. Derrière son apparente nonchalance, le mol Hervé subit à la fois son prénom et une mère envahissante (Noémie Lvovsky, décidément taillée pour la comédie) qui lui demande chaque jour s’il s’est bien branlé ! Déjà culte.