Titre original The Good Dinosaur
Date de sortie 25 novembre 2015
Durée 94 mn
Réalisé par Peter Sohn
Avec Raymond Ochoa , Jean-Baptiste Charles , Peter Sohn
Scénariste(s) Bob Peterson, Enrico Casarosa, Peter Sohn
Distributeur Walt Disney Pictures France
Année de production 2015
Pays de production US
Producteurs Denise Ream
Genre Animation, Enfants

Synopsis

Et si l’astéroïde responsable du cataclysme qui a radicalement bouleversé la vie sur Terre n’avait jamais heurté notre planète ? Si du coup les dinosaures n’avaient pas disparu ? Avec LE VOYAGE D’ARLO, le studio d’animation Pixar nous entraîne dans une formidable épopée à travers le monde des dinosaures.

Livré à lui-même, Arlo, un Apatosaure, va se faire un ami tout à fait improbable : un humain. Durant leur périple, en parcourant des terres aussi hostiles que mystérieuses, Arlo va apprendre à affronter ses peurs et découvrir ce dont il est réellement capable.

Anecdotes

Bye bye Bob : En aout 2013, Pixar congédie Bob Peterson prévu à la tête du projet.

Le casting voix remanié : Quand le projet a fait parler de lui, un tout autre casting était attaché pour prêter sa voix. De l'original, seule Frances McDormand est restée. A l'origine, Judy Greer, Neil Patrick Harris, Bill Hader, John Lithgow, Lucas Neff et Adam Stedman devaient prêter leurs voix. Le film ayant mis beaucoup de temps à se faire, le casting a été entièrement remanié.

Offres VOD

MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 19.9  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 13.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 13.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 14.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 16.99  € Acheter

Dernières News

Pixar du pire au meilleur

Voici l'incredible top Pixar de Premiere

Le Voyage d’Arlo, premier flop de Pixar

Le 16e film d’animation du studio n’est pas à la hauteur des précédents au box-office.

Photos

Le Voyage d'Arlo

Casting

Raymond Ochoa
Arlo (voix VO)
Peter Sohn
Pet Collector (voix VO)
Eric Cantona
Le Collectionneur (voix VF)

Critiques

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Rarement on a vu chez Pixar film aussi droit-au-but, aussi direct et évident. Bien sûr, techniquement, c'est l'hallucination : le photoréalisme des décors est tout bonnement dingue, on a réellement l'impression que la caméra se balade dans les forêts des Appalaches, le contraste avec les personnages cartoon et souples est fort mais plutôt réussi (...) Mais on ne demande pas du réalisme fou à un film d'animation. Pas que. On lui demande du style (...) La baffe technique d'Arlo est aussi sa limite.

    Le secret de la réussite des plus grands Pixar est moins à chercher dans le souci technique que dans la perfection du storytelling, de la science du récit (...) L'histoire d'Arlo est composée de déjà vu. Dès le premier acte Petite maison dans la prairie avec le papa fort et sentencieux qui enchaîne les phrases fortune cookie, on sait où le film va nous emmener et comment il va se terminer. Et pour arriver à sa conclusion, Arlo va enchaîner une série de rencontres mal cousues, qui donnent l'impression de voir le work in progress. Certaines scènes sont même complètement absurdes. Le passage avec le dinosaure clodo Collectionneur est un grand moment (...) On ne verra plus ce personnage de tout le film. Une rencontre qui dure, qui dure et qui sert à quelque chose au fond (donner un nom au petit humain) mais qui laisse penser que le film est une succession de saynètes écrites sur des post-its collés au milieu de l'odyssée d'Arlo. Une scène, une épreuve, un bonus, et on continue.

    (...) Arlo va de toutes façons faire un triomphe ; il se consomme facilement, sa finalité est absolument évidente, son message totalement limpide ("affronte ta peur et tu deviendras grand", à comparer avec la superbe subtilité de Vice Versa qui aura laissé de nombreux enfants sur le bord du chemin), sans jamais de second degré ni de sous-entendus. Et, très peu accessoirement, les dinosaures font vendre (coucou Jurassic World). Les quelques plans sublimes à la fin, qu'on ne spoilera pas, ne changent pas l’impression d’ensemble. Vite consommé, vite oublié, Le Voyage d'Arlo rappelle que Pixar est capable du meilleur et du moins bon.