Date de sortie 2 septembre 2015
Durée 110 mn
Réalisé par Jaco Van Dormael
Avec Pili Groyne , Benoît Poelvoorde , Catherine Deneuve
Scénariste(s) Jaco Van Dormael
Distributeur Le pacte
Année de production 2015
Pays de production BELGIQUE

Synopsis

"Dieu existe. Il habite à Bruxelles. Il est odieux avec sa femme et sa fille. On a beaucoup parlé de son fils mais très peu de sa fille. Sa fille c'est moi. Je m'appelle Ea et j'ai dix ans. Pour me venger j'ai balancé par sms les dates de décès de tout le monde..."

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 15.99  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Dernières News

Découvrez le documentaire de Yolande Moreau sur les réfugiés de Calais

Nulle Part, en France est visible en replay sur Arte jusqu'à demain.

Magritte 2016 : Le Tout Nouveau Testament est le grand gagnant

La sixième édition des Magritte du cinéma s'est déroulée samedi 6 février à Bruxelles.

Photos

Le Tout Nouveau Testament

Critiques

  1. Première
    par Gaël Golhen

    Il aura donc fallu cinq ans à Jaco Van Dormael pour se remettre du four stratosphérique de "Mr. Nobody". Après un passage par le théâtre et les installations, le cinéaste revient au cinéma. Résultat : 112 minutes de divagations surréalistes où le douteux côtoie le sublime ; 112 minutes d’un délire qui ne ressemble à rien d’autre qu’à lui et à son cinéma, bordélique et joyeux. Le récit, un patchwork chapitré où chaque disciple a droit à son sketch, compte moins que les associations d’idées, les références musicales et l’harmonie miraculeuse qu’il parvient à créer. Drôle de poème carburant à la métaphysique, bâti sur des effets de rimes visuelles ou des références tordues, "Le Tout Nouveau Testament" est un film aussi vénère et généreux que son héroïne. C’est parfois n’importe quoi (Deneuve dans un remake de "Max mon amour", la love story d’un obsédé sexuel…), mais c’est souvent hilarant, émouvant et provocant. Contre vents et marées, Van Dormael, que l’on pensait cramé, continue donc de pratiquer un cinéma "idiot" au sens dostoïevskien : angélique, pur et chargé. Mais cette fois, ça pourrait bien marcher.