Date de sortie 23 mai 2007
Durée 108 mn
Réalisé par Julian Schnabel
Avec Mathieu Amalric , Emmanuelle Seigner , Marie-Josée Croze
Scénariste(s) Ronald Harwood
Distributeur Pathé Distribution
Année de production 2007
Pays de production France, Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Le journaliste, Jean-Dominique Baudy se retrouve dans un coma profond suite à un accident de plongé ayant eu lieu en décembre 1995. Il arrive à se réveiller mais ses fonctions motrices sont complètement détériorées. Il est alors atteint de ce que la médecine nomme le "locked-in syndrome", ne pouvant plus parler, bouger ou respirer sans assistance. Seul un oeil parvient à bouger et devient son unique moyen de communication avec le monde l'entourant. A l'aide de ce moyen d'expression, il écrit son livre, Le Scaphandre et le papillon.

Toutes les séances de Le Scaphandre et le Papillon

Photos de Le Scaphandre et le Papillon

DR
PRODUCTION / PATHE RENN PRODUCTIONS
DR

Le Scaphandre Et Le Papillon

LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON (2007)

Film de Julian SCHNABELL'affiche

Le-scaphandre-et-le-papillo

Casting de Le Scaphandre et le Papillon

Mathieu Amalric
Jean-Dominique Bauby
Emmanuelle Seigner
Céline Desmoulins
Marie-Josée Croze
Henriette Durand

Critiques de Le Scaphandre et le Papillon

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Avec une certaine dose de licence poétique, Julian Schnabel retrace un récit vécu en utilisant les propres mots de l'intéressé. Son épreuve est l'occasion d'évoquer ses mémoires, ses regrets, les femmes qu'il n'a pas suffisamment aimées, le bonheur qu'il n'a pas su saisir. Heureusemeent peu chargé en effets lacrymogènes, le film évite les ornières attendues en offrant une passionnante réflexion sur le langage, les limites comparées du parlé et de l'écrit, la dépendance, et la confiance qu'elle implique.

  2. Première
    par Olivier de Bruyn

    Dans la redoutable tradition du genre, le chantage à l'émotion étend partout ses principes. Scènes (très) récurrentes de rééducation orthophoniste, gros plan sur le visage martyrisé de Mathieu Almaric, séquences insistantes sur la douleur des intimes. Pirouettes formelles et grosses ficelles lacrymales: dans un cas comme dans un autre (et, pire encore, dans l'alliance des deux), c'est raté. Vraiment.