Affiche Le pont des espions

Le Pont des Espions

Internautes
3.666665

Moyenne : 3.7 (12 votes)

Première
3.75

(1 critique)
Presse
3.657405

(27 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
3.75

François Grelet
3.75

Steven Spielberg est un garçon qui aime qu’on le comprenne rapidement. Son dernier film débute par une scène où un espion russe infiltré dans l’Amérique des 60s se regarde dans un miroir pour se mettre ensuite à peindre son autoportrait. Difficile de faire plus clair comme entrée en matière : Le Pont des espions sera un film sur la dualité, les trompe-l’œil et sur ces quelques hommes qui peuvent encore se regarder dans la glace. Passé au tamis de la lisibilité spielbergienne, ce récit ultracomplexe, peuplé d’agents doubles et échafaudé par la plume virtuose des Coen, devient une épopée humaniste qui sacrifie tous les codes du film d’espionnage pour mieux faire résonner sa petite musique sensible. C’est à la fois son principal écueil (peu de tension, rythmique pantouflarde) et ce qu’il a de mieux à offrir, notamment dans sa dernière demi-heure où Spielberg imprime une vision particulièrement noble et bouleversante de ces barbouzes à long manteau. Le Pont des espions repose tout entier là dessus, sur la qualité de ce regard, ces petits gestes infimes qui définissent notre part d’humanité et ces je-ne-sais-quoi qui résonnent intimement au plus profond de nous. 

Les autres avis de la presse (27)
3.657405

Fort Worth Star-Telegram
(Preston Jones)
1.25

Malgré tout ce que Spielberg, son casting de stars mené par Tom Hanks et son équipe devant et derrière la caméra (Joel et Ethan Coen ont coécrit le scénario) peuvent apporter, Le Pont des espions n'est remarquable que pour une seule chose : la manière dont il devient peu à peu ennuyeux et lent.

Ses dernières critiques :

Fan the fire
(Preston Jones)
1.25

Malgré tout ce que Spielberg, son casting de stars mené par Tom Hanks et son équipe devant et derrière la caméra (Joel et Ethan Coen ont coécrit le scénario) peuvent apporter, "Le Pont des espions" n'est remarquable que pour une seule chose : la manière dont il devient peu à peu ennuyeux et lent.

Ses dernières critiques :

Vulture
(David Edelstein)
3.75

Sobre mais émouvant.

The Wrap
(Alonso Duralde)
2.5

Si vous pouvez oublier les trois ou quatre fins, plus poussives les unes que les autres, il y a pas mal de choses plaisantes dans ce film.

Hollywood Reporter
(Todd McCarthy)
3.75

Une histoire vraie et captivante d'espionnage conduite par des vieux pros qui savent ce qu'ils font.

New York Observer
(Rex Reed)
3.75

C'est un film fascinant et j'en ai compris chaque mot.

Chicago Sun Times
(Richard Roeper)
5

Quand les titres des 5 (et plus) longs-métrages nommés pour le prix du meilleur film seront annoncés, une non-sélection du "Pont des espions" serait une surprise.

NewYorker
(Anthony Lane)
5

Quand un film est aussi agréable que celui-ci, que son rythme est si bon et son atmosphère créée avec tant d'habilité, souhaite-on vraiment faire la moindre critique ? Est-ce que ça aiderait ?

Rolling Stone
(Peter Travers)
3.75

Qui n'aimerait pas se frotter à un thriller d'espionnage old-school qui sait comment faire monter, et grimper, la tension ?

Slate
(Dana Stevens)
3.75

Même si son histoire (tirée de faits réels) commence en 1957 et couvre environ 5 ans, ce film utilise cette période pour refléter notre propre époque.

Washington Post
(Ann Hornaday)
3.75

Spielberg ne peut pas s'empêcher de faire le genre de drame inspirant et classique qu'Hollywood ne produit plus selon certains. Dieu merci il continue à en faire.

Télérama
(Frédéric Strauss)
3.75

Steven Spielberg et Tom Hanks incarnent désormais la tradition. Ils s'en accommodent très bien, à en juger ce film d'une sobre élégance, favorisée par une atmosphère rétro années 1950, et d'une facture aussi classique que magistrale.

Les Inrocks
(Jacky Goldberg)
3.75

Mais tandis qu’il tient parfaitement son sujet, le cinéaste ne peut s’empêcher de faire un faux pas dans les toutes dernières minutes (...) La faute, pour rageante qu’elle soit, ne remet cependant pas en cause la beauté du film, ni la pertinence politique de ce qui la précède.

Le Monde
(Thomas Sotinel)
5

(...) les ruines du décor sont numériques, mais le rythme, les dialogues, le jeu même des principaux personnages collent de si près à ce que fut le cinéma, qu’on est pris d’un exquis vertige temporel.

StudioCiné Live
(Sophie Benamon)
3.75

La maîtrise de la mise en scène donne à chaque moment d'attente une tension presque aussi grande qu'une course-poursuite à 200 à l'heure. Des cadrages à double sens et un travail sur le clair-obscur ajoutent encore à l'épaisseur du film. 

Libération
(Didier Péron)
3.75

Un nouveau cap de respectabilité totale franchi par un infatigable winner. 

Direct Matin
(La rédaction de Direct Matin)
2.5

Académique dans sa mise en scène, le thriller historique Le Pont des Espions montre comment le destin va révéler un homme de génie.

20 Minutes
(Caroline Vié)
3.75

Sa mise en scène virtuose fait monter la pression autour d’un Monsieur Tout-le-monde que son intelligence et sa réactivité préservent aussi bien que le feraient des talents guerriers. 

Culture box by france Tv
(Boris Courret)
3.75

Fort, sobre, élégant mais parfois à la lisière du conventionnel.

Ecran Large
(Laurent Pécha)
5

Avec Le Pont des espions, Spielberg et les Coen signent un des meilleurs films de l’année. Comme une évidence !

Critikat.com
(Josué Morel)
5

Le Pont des espions, chef-d’œuvre tranquille, prouve une fois de plus qu’il est aujourd’hui un vieux maître au sommet de son art, un cinéaste mature qui n’a pourtant rien perdu de son regard d’enfant ébahi.

Le JDD
(Barbara Théate)
3.75

Face à Mark Rylance, épatant en espion russe qui refuse de trahir, Tom Hanks, en digne héritier d’un M. Smith au Sénat, apporte toute sa verve et sa drôlerie à cette formidable leçon de courage. Classique et ultra efficace. 

Gala
(Jean-Christian Hay)
3.75

C’est du grand Spiel­berg que l’on retrouve dans Le pont des espions. Celui qui propose un cinéma huma­niste, sensible, intelligent sans pour autant sacrifier le spectacle et le suspense. 

MyTF1News
(Romain Le Vern)
3.75

Du directeur de la photo aux interprètes en passant par Spielberg qui se livre comme jamais et ce dès le plan inaugural, tous ont donné leur meilleur.

La Croix
(Arnaud Schwartz)
2.5

 D’une facture très classique, ce nouveau film se regarde sans déplaisir, mais aussi sans surprise.

CinémaTeaser
(Aurélien Allin)
5

La noblesse de sa mise en scène sépare les êtres pour mieux les réunir, la maestria sans cesse renouvelée de son storytelling emballe – son montage, usant de juxtapositions, exprime brillamment la marche inéluctable de l’Histoire et d’un récit tour à tour tendu, révolté, bouleversé

A voir à lire
(Virginie Morisson)
2.5

Plein de bonnes intentions, le film est certes virtuose, intelligent et d’une qualité d’image remarquable, mais très classique, au point d’en être parfois trop académique. Captivant mais sans surprise, dense mais ludique,

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 15/11 au 21/11 2017
En collaboration avec CBO

25%
Nombre d'entrées: 
834 493
Cumul des entrées: 
834 493

7%
Nombre d'entrées: 
239 561
Cumul des entrées: 
1 568 296

7%
Nombre d'entrées: 
230 654
Cumul des entrées: 
230 654

6%
Nombre d'entrées: 
211 787
Cumul des entrées: 
2 166 843

6%
Nombre d'entrées: 
199 303
Cumul des entrées: 
515 251

Les plus vues