Date de sortie 24 juillet 2013
Réalisé par Jérôme Le Maire (Belge)
Avec Pierre Fontaine , Vincent Solheid , Christian Henrard
Scénariste(s) Jérôme Le Maire (Belge)
Distributeur Mona Films
Année de production 2013
Pays de production Belgique
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Un week-end du mois d’août, une fanfare amateur emmenée par son Président s'est donné rendez-vous sur la place d’un petit village ardennais. Ils sont 10 hommes de la quarantaine, 10 amis. Ils ont décidé de se rendre au «carnaval du monde» de Stavelot qui n’a lieu qu’une fois tous les dix ans. Une belle occasion de sortir le drapeau en somme. Une marche de 4 jours à travers bois, à la boussole, sac au dos et instruments en bandoulière, en rang par trois derrière leur étendard.Initialement, le projet de randonnée ne comportait qu'une seule étape, mais l’ivresse est trop forte et trop belle et les 10 camarades décident de la prolonger., parcourant des centaines de kilomètres et traversant toutes les fêtes, des joyeuses et des plus glauques.Néanmoins, au fil des semaines le groupe se disloque dans cette interminable marche. Un climat différent s'installe, moins festif, plus profond. Les excès font place à l'eau et au pain sec. L'insouciance à la conscientisation.Au début du printemps, ils ne sont plus que trois sur les routes et le président, qui semble ailleurs, n’a visiblement pas l’intention de s’arrêter…

Toutes les séances de Le Grand'Tour

Photos de Le Grand'Tour

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Le Grand'Tour

Le grand'tour

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Affiche Française

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Affiche Française

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Le grand tour

Critiques de Le Grand'Tour

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    La randonnée alcoolisée d’une fanfare ardennaise sur les routes de Belgique et d’Allemagne se transforme en odyssée existentielle sous l’impulsion de Vincent, le bizarre chef du groupe. Filmé caméra à l’épaule façon faux documentaire, avec ses témoignages face caméra et ses scènes improvisées, Le Grand’Tour préfère pourtant la voie de l’émotion à une
    succession de bitures potaches. La mise en scène crée une proximité avec les personnages, et l’on s’attache plus que de raison à ces héros improbables sur le chemin de l’illumination.