Date de sortie 1 juin 2011
Durée 85 mn
Réalisé par Joann Sfar, Antoine Delesvaux
Scénariste(s) Sandrina Jardel, Joann Sfar
Distributeur UGC Distribution
Année de production 2011
Pays de production France
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l'éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d'elle... même à faire sa bar mitsva ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l'aider, son chat commet le sacrilège d'invoquer l'Eternel. Erreur fatale : le chat perd l'usage de la parole. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d'une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale...Existe en version 3D.

Offres VOD

MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances

Dernières News sur Le Chat du rabbin

Quatre films d’animation pour adultes à ne pas manquer en VOD

En attendant la sortie au cinéma d'Another Day of Life, focus sur Persepolis, Valse avec Bachir...

Joann Sfar va adapter son Chat du Rabbin en live-action et le Petit Vampire en long-métrage

Le poétique Joann Sfar n'aura pas beaucoup de temps libre cette année.

Photos

DR

Le Chat du Rabbin

Critiques

  1. Première
    par Eric Vernay

    Après Gainsbourg (vie héroïque), le deuxième film de Joann Sfar signe son retour au dessin, avec l'adaptation de sa BD à succès, Le Chat du rabbin. On retrouve dans cet enthousiasmant film d'animation l'œcuménisme et le goût du baroque chers à Sfar.

  2. Première
    par Christophe Narbonne

    (...) le film de Sfar propose beaucoup de dialogues (brillants) mais peu d'action. Contrairement à Satrapi qui imprimait à son adaptation une vraie dynamique cinématographique (découpage complexe, invention visuelle, voix off distanciée), Sfar ne s'écarte pas assez de la BD. C'est beau, stylé et substantiel, certes, mais sans le souffle épique requis, l'acmé de l'intrigue se situant au moment où nos héros sont froidement accueillis dans le désert par des Arabes menaçants. C'est bien d'avoir de l'ambition, mais c'est encore mieux d'avoir une vision, comme ce fut le cas pour Sfar avec son Gainsbourg (vie héroïque).

  3. Première
    par Christophe Narbonne

    (...) le film de Sfar propose beaucoup de dialogues (brillants) mais peu d'action. Contrairement à Satrapi qui imprimait à son adaptation une vraie dynamique cinématographique (découpage complexe, invention visuelle, voix off distanciée), Sfar ne s'écarte pas assez de la BD. C'est beau, stylé et substantiel, certes, mais sans le souffle épique requis, l'acmé de l'intrigue se situant au moment où nos héros sont froidement accueillis dans le désert par des Arabes menaçants. C'est bien d'avoir de l'ambition, mais c'est encore mieux d'avoir une vision, comme ce fut le cas pour Sfar avec son Gainsbourg (vie héroïque).