Toutes les critiques de La Prière

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Cédric Kahn a fait ses armes comme stagiaire sur le tournage de Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat. Il a donc vu le mysticisme à l’œuvre. Un mysticisme qui jusqu’ici semblait en jachère, même si ses deux derniers films, Une vie meilleure - sur le surendettement - et Vie sauvage   - sur une famille vivant en dehors des clous de la société capitaliste -  semblaient indiquer la voie d’un ailleurs souhaité. Le voilà ici sur les traces d’un jeune adulte - Thomas - qui essaie de combattre son addiction à la drogue en intégrant une communauté isolée dans la montagne avec la prière comme thérapie. Thomas, tête souvent baissée, va devoir donc apprendre à regarder en haut pour se dégager des contraintes terrestres. Autour de lui, ses condisciples lui parlent tels des prêtres en confession, prêts à se flageller plutôt que de sortir de leur gonds. Thomas, d’abord rétif, doit lui aussi devenir cet esprit Saint. Signe de cette fragilité à l’œuvre,  Cédric Kahn traduit l’accomplissement de cette conversion via une ellipse aussi brutale que mystérieuse. Thomas isolé en montagne cherche alors un signe de Dieu. Seul le cinéma peut le lui donner via ce point de montage. Kahn ne juge pas, sa caméra s’intéresse aux visages, à la façon dont la parole se synchronise ou non à la pensée profonde des êtres. Prier est une route possible pour trouver ce point d’équilibre. Mais Kahn n’est pas prosélyte. Ce n’est pas tant le message de Dieu et les rites qui soignent, que la façon dont Thomas va s’en servir pour se libérer. Passionnant.