Titre original Hot tub time machine
Date de sortie 6 octobre 2010
Réalisé par Steve Pink
Avec John Cusack , Rob Corddry , Craig Robinson
Scénariste(s) Sean Anders, John Morris (scénariste)
Distributeur Twentieth Century Fox
Année de production 2010
Pays de production US
Producteurs John Cusack Matt MOORE
Genre Comédie, Film de science-fiction

Synopsis

Ils sont quatre potes et leur vie d’adulte ne les emballe plus. Adam vient de se faire plaquer. Lou adore faire la fête, mais il n’y arrive plus. Nick a tout le temps sa femme sur le dos et Jacob passe sa vie dans sa cave enfermé avec ses jeux vidéo.Après une nuit bien arrosée qui s’est terminée dans un drôle de jacuzzi, les quatre complices se réveillent avec une gueule de bois carabinée… en 1986. Au-delà du choc, ils s’aperçoivent qu’ils tiennent peut-être une chance de changer leur passé, et donc leur avenir…

Toutes les séances de La Machine à Démonter le Temps

Photos de La Machine à Démonter le Temps

DR

La Machine à Démonter le Temps

Casting de La Machine à Démonter le Temps

Critiques de La Machine à Démonter le Temps

  1. Première
    par Alex Masson

    Le pitch de La Machine à démonter le temps – trois quadras déçus par la vie et le neveu de l’un d’eux se retrouvent parachutés en 1986 grâce à un
    Jacuzzi spatio-temporel ! – n’est cependant qu’une ruse pour livrer un état des lieux de la comédie US et comparer l’âge d’or actuel avec celui des années 80. Il ne s’agit pas forcément d’opposer les méthodes de Judd Apatow à celles de Robert Zemeckis mais de rappeler que, dans les deux cas, le rire est plus grinçant qu’on ne le croit. La Machine..., avec ses ados losers d’hier devenus des adultes misanthropes, témoigne d’un éternel refus de grandir. Du coup, plus touchés que morts de rire – et ce d’autant plus quand c’est John Cusack, acteur qui a démarré dans les teenage comedies des 80’s, qui mène la danse –, on excuse le timing bancal du film, assez embarrassant pour un voyage dans le temps. Reste qu’entre deux vannes scatos, la comédie de Pink ravive le souvenir du cinéma doux-amer de John Hughes.