Titre original La dernière nuit
Date de sortie 25 juin 2014
Réalisé par Franck Llopis
Avec Guy AMRAM , Olivier Pagès , Antoine Fichaux
Scénariste(s) Franck Llopis
Distributeur Les Films à fleur de peau
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Drame

Synopsis

Dans un futur proche, Paris et toutes les capitales du monde sont sous l'emprise d'une dictature. Ce nouveau maitre du monde se livre à diverses expériences scientifiques menées par les plus grands chercheurs à sa solde. Dernièrement, un gaz propagé sur tous les continents a eu pour conséquence la disparition totale des couleurs. Les gens ne se voient plus qu'en noir et blanc. Mais une nouvelle menace gronde, un nouveau gaz qui aura pour conséquence la disparition de toute sensibilité artistique et de tout potentiel créatif chez les individus.  Les artistes et créateurs de toutes sortes qui ont déjà marqué l'histoire de leur empreinte verront leurs oeuvres sauvegardées mais ne pourront plus créer. Les jeunes artistes en devenir, eux, n'auront plus que quelques heures pour voir leurs projets aboutir....

Offres VOD de La Dernière Nuit

CANAL VOD SD CANAL VOD 4.99 € Louer 14.99  € Acheter

Photos de La Dernière Nuit

DR
DR
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions
Les Films à Fleur de Peau / Côté Cour Productions

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

La Dernière Nuit

Critiques de La Dernière Nuit

  1. Première
    par Damien Leblanc

    En 2020, alors que le monde est soumis à la dictature d’un ancien général, des artistes parisiens bénéficient d’une ultime nuit pour s’exprimer. Réalisé dans le cadre d’une formation d’élèves comédiens, ce récit aux prétentions apocalyptiques ne transmet aucune impression de danger et accumule des dialogues affligeants de banalité : « On n’a rien à perdre puisque demain, de toute façon, on aura tout perdu. » La déclaration d’amour à l’activité artistique reste donc lettre morte et prouve que le noir et blanc ne génère pas automatiquement émotion et poésie.