Titre original The Woman in Black
Date de sortie 14 mars 2012
Réalisé par James Watkins
Avec Daniel Radcliffe , Ciarán Hinds , Janet McTeer
Scénariste(s) Jane Goldman
Distributeur Metropolitan FilmExport
Année de production 2012
Pays de production US
Producteurs Richard Jackson (producteur) Brian Oliver Tobin Armbrust
Genre Film fantastique, Film d'horreur

Synopsis

Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée.Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemarsD'après le roman éponyme de Susan Hill.

Offres VOD

SFR SD HD SFR 4 € Louer
FNAC HD SD FNAC 3.99 € Louer

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

La Dame en noir

La dame en noir

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 4

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo ?4

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 5

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo ?5

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 6

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo ?6

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 1

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 1

Bannière US pour la Dame en noir

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo 2

La Dame en Noir, Daniel Radcliffe dans le role d'un jeune notaire Londonien - Photo ?2

Poster pour la Dame en noir

Poster pour la Dame en noir

La Dame en noir - Un poster qui fait peur

Affiche Française pour le Dame en Noir

Poster US pour La dame en noir

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe en jeune notaire Londonien

La Dame en noir de James Watkins - ?Daniel Radcliffe en jeune notaire Londonien

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe dans la maison hantée

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe et la poupée qui fait peur

La Dame en noir de James Watkins - ?Daniel Radcliffe? et la poupée qui fait peur

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe et Ciaran Hinds

La Dame en noir de James Watkins - ?Daniel Radcliffe? et Ciaran Hinds

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe en mode berserk

La Dame en noir de James Watkins - ?Daniel Radcliffe? en mode berserk

La Dame en noir de James Watkins - Ciaran Hinds

La Dame en noir de James Watkins - Daniel Radcliffe et une vieille folle

Critiques

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Depuis la renaissance du studio Hammer en 2010, La dame en noir représente à la fois le film le plus novateur et le plus fidèle à l’esthétique de la vénérable compagnie qui, avant son déclin dans les années 80, avait marqué le cinéma fantastique et d’horreur. Sur le thème de la maison hantée, il perpétue une tradition dans laquelle les Anglais se sont distingués, notamment avec Les Innocents de Jack Clayton, adapté du « Tour d’écrou » d’Henri James. De même, La dame en noir est l’adaptation d’un roman de 1983, qui raconte l’enquête d’un étranger pour résoudre un mystère local : le fantôme d’une femme revenant se venger des villageois qu’elle estime responsables de la mort de son fils. James Watkins, l’auteur du très efficace Eden lake, a le bon goût de traiter l’histoire au premier degré. Dans une première partie, il installe une atmosphère de peur et de superstition qui rappelle l’âge d’or de la Hammer, lorsque Van Helsing débarquait dans le territoire de Dracula. L’ambiance passe de la menace à la terreur lorsque le héros pénètre dans la maison hantée, où il affronte tous les vieux trucs: le fauteuil à bascule qui oscille sans personne dedans, les portes qui s’ouvrent et se ferment toutes seules, les apparitions dans le miroir... Toute la panoplie y passe, amplifiée par des effets discrets mais inventifs. Daniel Radcliffe, très en forme, réussit sans problème son examen de passage post Harry Potter . Tout en restant dans un registre surnaturel qu’il connaît bien, il apporte un mélange de calme tragique et de maturité qui convient bien à son personnage de veuf.