Titre original Thatcher
Date de sortie 15 février 2012
Réalisé par Phyllida Lloyd
Avec Meryl Streep , Jim Broadbent , Susan Brown
Scénariste(s) Abi Morgan
Distributeur Pathé
Année de production 2012
Pays de production GB
Genre Biopic

Synopsis

L'histoire relate les dix-sept jours précédant la Guerre des Malouines, entre mars et juin 1982, qui donnèrent au Premier ministre britannique Margaret Thatcher le surnom de Dame de fer.

Offres VOD

Imineo SD HD Imineo 3.99 € Louer 8.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 8.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

La Dame de fer

La Dame de fer

La dame de fer - Meryl Strip dans la peau de Margaret Thatcher

La Dame de Fer - Jim Broadbent Photo 1

La Dame de Fer - Jim Broadbent Photo 2

La Dame de Fer - Jim Broadbent Photo 2?

La Dame de Fer - Jim Broadbent Photo 3

La Dame de Fer - Jim Broadbent Photo 3

La Dame de fer avec Meryl Strip et Jim Broadbent

La Dame de fer avec Meryl Strip et Jim Broadbent

Affiche US de la Dame de Fer

Affiche US de la Dame de Fer

Poster de la Dame de Fer

Casting

Meryl Streep
Margaret Thatcher
Jim Broadbent
Denis Thatcher
Iain Glen
Alfred Roberts

Critiques

  1. Première
    par Gérard Delorme

    La réalisatrice de Mamma Mia et la scénariste de Shame se sont associées pour offrir à Meryl Streep un rôle à oscar. Etait-ce une bonne idée ? A l’évidence, Streep est la seule à tirer son épingle du jeu. Dans le rôle de Margaret Thatcher, elle exhibe les mêmes capacités mimétiques que dans Julie et Julia où elle jouait une cuisinière célèbre à la voix suraiguë. Cette fois, elle adopte l’accent anglais comme une seconde nature, faisant fi du défi technique impliquant de complexes mouvements de lèvres et la fréquente exposition des dents de devant. Elle a dû se régaler, et on serait tenté de partager son plaisir, si son modèle n’était la dirigeante britannique controversée, que le film présente avec une simplification discutable. D’abord, la structure est primitive : l’idée d’alterner des images contemporaines de la politicienne diminuée avec des flash backs retraçant sa carrière est clairement destinée à rendre le personnage sympathique. Accessoirement, le procédé est fatigant et répétitif, comme dans le récent J Edgar, de Eastwood. En substance, la biographie ne fait que gratter la surface. Les origines sociales de Thatcher, fille d’épicier, sont censées expliquer ses convictions conservatrices. Quant à son parcours politique, il est présenté sans aucune subtilité comme une série de victoires féministes. Jamais de recul ou de contrepoint, sauf à l’occasion de quelques brèves images d’archives qui donnent la mesure de son immense impopularité. Le film a une vertu involontaire : rappeler qu’en période de restrictions budgétaires, les électeurs préfèrent les dirigeants au langage musclé. Ca fait très peur.