Date de sortie 13 décembre 2017
Durée 95 mn
Réalisé par Leonardo Di Costanzo
Avec Raffaella Giordano , Valentina Vannino , Martina Abbate
Scénariste(s) Leonardo Di Costanzo, Maurizio Braucci, Bruno Oliviero
Distributeur Capricci Films / Les Bookmakers
Année de production 2017
Pays de production Italie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Naples. Aujourd’hui. Giovanna, travailleuse sociale combative de 60 ans, fait face à une criminalité omniprésente. Elle gère un centre qui s’occupe d’enfants défavorisés et offre ainsi une alternative à la domination mafieuse de la ville. Un jour, l’épouse d’un criminel impitoyable de la Camorra, la jeune Maria, en fuite avec ses deux enfants, se réfugie dans ce centre. Lorsqu’elle lui demande sa protection, Giovanna se retrouve confrontée, telle une Antigone moderne, à un dilemme moral qui menace de détruire son travail et sa vie...

Offres VOD

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 13.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3 € Louer 5  € Acheter

Critiques

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Banlieue de Naples. Une bicoque au milieu d’un centre pour enfants défavorisés. A l’intérieur, la femme d’un mafioso avec ses deux enfants. Giovanna (Raffaella Giordano impériale) qui s’occupe dudit centre, se demande bien quoi faire de ces locataires plutôt encombrants. L’intrusa sonde la violence indirecte engendrée par l’univers mafieux et ses victimes collatérales. Ici en l’occurrence, une mère et ses rejetons obligés de vivre cachés et silencieux en attendant que « leurs » bandits règlent leurs sales entreprises. Le va-et-vient des voitures aux vitres teintées et les fantasmes qu’elles suscitent, rend compte de cette impossible pesanteur dans un univers à priori préservé des menaces extérieures. La caméra de Leonardo di Costanzo reste à l’écart de ces « gens-là », les observent à distance pour mieux tisser ce lien invisible qui relie ceux qui sont tenus à l’écart d’un monde qui pourtant les fascine. En cela, L’intrusa est un faux film de mafia qui se joue des regards que l’on pose sur lui. Le crime hors champ, ne pouvant, on le sait, exister dans l’espace confiné de ce drame. Le film sépare si bien les choses que ce qu’il gagne en tension, il le perd un peu en rythme. On ne peut pas tout avoir.