Titre original L'uomo che verra'
Date de sortie 16 janvier 2013
Réalisé par Georgio Diritti
Avec Maya Sansa , Alba Rohrwacher , Claudio Casadio
Scénariste(s) Georgio Diritti
Distributeur White Pictures
Année de production 2013
Pays de production IT
Producteurs Georgio Diritti
Genre Drame

Synopsis

Martina, fille unique d'une humble famille de paysans, a huit ans et vit sur le plan du Mont Sole, près de Bologne. Elle ne parle plus depuis la mort, à la naissance, d'un petit frère qu'elle espérait tant. Sa mère est de nouveau enceinte et Martina vit dans l'attente de l'enfant à naître, tandis que la guerre avance et que la vie devient de plus en plus difficile, entre les brigades partisanes du commandant Lupo et l'avancée des nazis. Dans la nuit du 28 au 29 septembre 1944, l'enfant voit enfin le jour. Au même moment, des SS se livrent dans la région à une descente sans précédent, inscrite dans l'Histoire comme les massacres de Marzabotto, l'Oradou-sur-Glane italien.

Offres VOD de L'homme qui viendra

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de L'homme qui viendra

Photos de L'homme qui viendra

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

L'homme qui viendra

L'homme qui viendra

L'homme qui viendra

Affiche Française

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

L homme qui viendra

Casting de L'homme qui viendra

Vito
Signor Bugamelli

Critiques de L'homme qui viendra

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    En 1944, l’âpre quotidien des paysans de la région de Bologne, occupée par les nazis, vire à l’horreur le jour où une division SS se livre à un massacre sur la population locale. Dans ce film lent et exigeant, parlé en dialecte émilien-romagnol, le symbolisme lourd du dernier quart d’heure (ralentis et bondieuseries) ne doit pas occulter le beau naturalisme
    de l’ensemble. D’autant que le sujet a une forte résonance aujourd’hui puisque le mois dernier un tribunal allemand a, faute de preuves, accordé un non-lieu à d’anciens nazis jugés pour crimes de guerre en Italie.