Titre original L'Oncle Charles
Date de sortie 21 mars 2012
Réalisé par Etienne Chatiliez
Avec Eddy Mitchell , Alexandra Lamy , Valérie Bonneton
Distributeur Pathé
Année de production 2012
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

En Nouvelle-Zélande, un richissime homme d’affaires d’origine française, Charles Doumeng, voit basculer sa vie en apprenant qu’il est atteint d’une maladie incurable. Sexagénaire, sans famille ni héritier et n’ayant plus que quelques semaines à vivre, éprouvant un soudain regain d’affection, il se met à la recherche de sa soeur, qu’il n’a pas revue depuis cinquante ans, dans l’ouest de la France. A Mauprivez, petit village de la région nantaise, Corinne, trente-cinq ans, clerc de notaire, gros besoin d’argent, tombe sur l’annonce que Charles a écrite pour retrouver sa soeur, et dont la récompense est énorme. Elle part à la recherche de cette inconnue, sans succès, et décide, avec l’aide de son entourage, de lui former une famille sur mesure… La supercherie marche du tonnerre. A l’autre bout du monde, Charles est aux anges, heureux d’avoir enfin trouvé des héritiers. Mais la vie réserve des surprises et les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules… Charles a été victime d’une erreur de diagnostic, il n’a jamais été malade ! Fou de joie, il décide de venir en France pour rencontrer sa nouvelle famille. Les emmerdes commencent…

Offres VOD de L'Oncle Charles

Pas d'offres actuellement.

Photos de L'Oncle Charles

DR
DR

L'Oncle Charles

L'Oncle Charles

Critiques de L'Oncle Charles

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Vingt-deux ans après Tatie Danielle, voici L’oncle Charles. Plus qu’un clin d’œil à l’un de ses plus gros succès, on est tenté de voir dans le titre du nouvel opus de Chatiliez l’aveu d’échec d’un réalisateur à la recherche de la formule magique de ses hits passés. Dépourvu de pitch sociologico-conceptuel fort façon Tanguy ou La Vie est un long fleuve tranquille, sans même la férocité misanthrope qui faisait le (petit) intérêt de La Confiance Règne, L’oncle Charles déroule une fable malpolie à la Comencini, mais terriblement dévitalisée, et dont l’anonymat formel semble calibré pour ne déranger personne le jour de sa diffusion télé. Les acteurs se déchaînent pour sauver les meubles, mais même des filles aussi douées qu’Alexandra Lamy (en girl next door rigolote) et Valérie Bonneton (en foldingue survitaminée) sont condamnées à reprendre des rôles qu’on les a déjà vues tenir ailleurs, et mieux.