Date de sortie 16 décembre 2015
Réalisé par Emmanuel LECONTE, Daniel Leconte
Scénariste(s) Daniel Leconte, Emmanuel LECONTE
Distributeur Pyramide Films
Année de production 2015
Pays de production FR
Genre Documentaire

Synopsis

Le 7 janvier 2015, l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo est victime d'une attaque terroriste qui coûte la vie à douze personnes dont les plus grands dessinateurs de presse français, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré. Le lendemain, une policière est tuée dans la rue. Le 9 janvier, une nouvelle attaque vise des juifs de France. Quatre otages sont assassinés. Ce film est un hommage à toutes ces victimes.

Offres VOD

UniversCiné SD HD UniversCiné 3 € Louer 6  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 5.99 € Louer 16.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos

DR
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock
Pyramide Distribution / Film en Stock

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

L'Humour à Mort (Documentaire)

Critiques

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Reprenant des extraits (inédits ou non) de C’est dur d’être aimé par des cons, documentaire sur le procès des caricatures de Charlie Hebdo sorti en 2008, Daniel Leconte et son fils, Emmanuel, y adjoignent des images des manifestations consécutives au 7 janvier et aux jours qui ont suivi, recueillent la parole des survivants (Coco, Éric Portheault, Riss) et font intervenir des penseurs sensés, comme Élisabeth Badinter. Ce tour d’horizon des événements remet des pendules à l’heure et la liberté d’expression au centre du débat. Il nous fait pleurer, et rire aussi. 2015 ne s’achève donc pas sans le visage, la voix, les vannes et la mauvaise foi de tous ces journalistes, dessinateurs, auteurs, qui nous manquent.