Titre original L'homme qui rit
Date de sortie 26 décembre 2012
Réalisé par Jean-Pierre Améris
Avec Gérard Depardieu , Marc-André Grondin , Christa Théret
Scénariste(s) Guillaume Laurant, Jean-Pierre Améris
Distributeur EuropaCorp
Année de production 2012
Pays de production FR
Genre Drame, Romance
D’après l’œuvre de Victor Hugo

Synopsis

En pleine tourmente hivernale, Ursus, un forain haut en couleurs, recueille dans sa roulotte deux orphelins perdus dans la tempête : Gwynplaine, un jeune garçon marqué au visage par une cicatrice qui lui donne en permanence une sorte de rire, et Déa, une fillette aveugle. Quelques années plus tard, ils sillonnent ensemble les routes et donnent un spectacle dont Gwynplaine, devenu adulte, est la vedette. partout on veut voir ‘l’Homme qui rit’; il fait rire et émeut les foules. ce succès ouvre au jeune homme les portes de la célébrité et de la richesse et l'éloigne des deux seuls êtres qui l’aient toujours aimé pour ce qu’il est : Déa et Ursus.D'après l'oeuvre de Victor Hugo.

Offres VOD de L'Homme qui rit

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 11.99  € Acheter

Toutes les séances de L'Homme qui rit

Photos de L'Homme qui rit

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

L'Homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

L'homme qui rit

Critiques de L'Homme qui rit

  1. Première
    par Antoine Prioul

    Que pouvait-on craindre d’une adaptation du roman philosophique de Victor Hugo par un cinéaste de la trempe de Jean-Pierre Améris ? Une grosse bonbonnière remplie de stars déguisées ? Des métaphores pompières ? Ce scénario redouté pointe dès l’ouverture, confirmant le malaise du cinéma français en matière de fresque baroque et fantastique : tout paraît cheap, artificiel et kitsch. Puis la force du récit prend le dessus, la richesse symbolique des personnages aussi et L’homme qui rit finit par seforger une identité visuelle digne
    de ce nom – un mix de Tim Burton et de Terry Gilliam cohérent, et qui, sur la durée, se pare d’une grâce indéniable. Les acteurs, tous excellents, de Grondin en monstre magnétique aux valeurs sûres Depardieu et Seigner, participent à cette belle montée en puissance.