Titre original Red Dawn
Date de sortie 28 août 2013
Avec Chris Hemsworth , Josh Peck , Adrianne Palicki
Scénariste(s) Carl Ellsworth, Jeremy Passmore
Distributeur Metropolitan
Année de production 2013
Pays de production US
Producteurs Kevin Halloran
Genre Action
D’après l’œuvre de Kevin Reynolds John Milius

Synopsis

Un matin, les habitants d’une ville américaine se réveillent pour découvrir l’incroyable : des forces armées étrangères sont en train de les envahir. Les États-Unis sont attaqués, des centaines de parachutistes pleuvent du ciel, et ce n’est que le début… Très vite, les citoyens sont faits prisonniers et l’ennemi occupe le secteur. Un groupe de jeunes parvient à s’enfuir et se cache dans les bois. Ils n’ont pas dit leur dernier mot. Il n’est pas question pour eux de se laisser voler leur liberté et leur pays…

Toutes les séances de L'Aube Rouge

Photos de L'Aube Rouge

DR
DR
DR
Ron Phillips
DR
DR
DR
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
Ron Phillips
DR

L'Aube Rouge

L'aube rouge

L'aube rouge

L'aube rouge

L'aube rouge

L'aube rouge

Poster Us

L'aube rouge

Poster Us

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

L aube rouge

Affiche Us

Critiques de L'Aube Rouge

  1. Première
    par Bernard Achour

    Voilà près de trente ans, John Milius réalisait L’Aube rouge, bombe de testostérone, de patriotisme et de cinéma bourrin où de jeunes Yankees combattaient avec les dents l’invasion de leur petite ville par de méchants communistes. Dans le présent remake, c’est au tour de vicieux Nord-Coréens de fondre sur l’Amérique, mais on y cherchera en vain l’ambiguïté politique et l’étoffe virile qui faisaient le prix de l’original. Reste un shoot’em up industriel, gratuitement haineux et dépourvu de toute espèce de personnalité.