Date de sortie 5 juillet 2017
Durée 92 mn
Réalisé par Sebastián Borensztein
Avec Ricardo Darin , Oscar Martínez , Inma Cuesta
Scénariste(s) Alejandro Ocon, Sebastián Borensztein
Année de production 2016
Pays de production Argentine
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

En 1977, en Argentine, la dictature du général Pinochet a déjà fait de nombreux morts notamment dans les vols de la mort, qui consistent à jeter les opposants au régime d'un avion. Parce qu'il a refusé d'exécuter ce genre de «missions», Tomas Kóblic, pilote et capitaine dans la marine, est en fuite. Il croyait avoir échappé à ses poursuivants en se réfugiant dans une petite ville du pays. Or, le maréchal local finit par le répérer. Commence alors pour Kóblic, qui entretemps est tombé amoureux de Nancy, une jeune femme du village, une lutte pour sa survie...

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Le Guide de la semaine

Ce qu’il faut voir ou pas cette semaine.

Koblic : un western introspectif avec Ricardo Darin 

La star argentine retrouve le réalisateur d’El Chino dans la peau d’un homme qui fuit son passé.

Critiques

  1. Première
    par Vanina Arrighi de Casanova

    Vers la fin des années 1970, la dictature argentine avait mis au point une procédure particulièrement brutale pour se débarrasser des opposants au régime : ils étaient jetés vivants d’un avion au-dessus de l’océan. Tomas Koblic (Ricardo Darin), ancien pilote, a déserté l’armée après avoir été contraint de mener un de ses « vols de la mort » ; il se réfugie, torturé par sa conscience, dans un village isolé dans la pampa où il travaille pour une entreprise d’épandage en espérant ne pas faire de vague. Ce contexte sordide mais passionnant s’impose au spectateur par un texte introductif et vient hanter le personnage dans des flashbacks sporadiques, pourtant, les pratiques macabres de la dictature militaire ne sont pas le sujet de Koblic. La référence du cinéaste argentin est le western, avec son héros solitaire et taiseux, ses grands espaces et son shérif, représentant d’un ordre inique contre lequel l’individu est seul. Le déserteur, travaillé par les remords, comprend vite qu’il ne trouvera pas de salut face à ce petit chef sadique, qui règne sur un village étouffé par la peur et le soupçon et l’enferme dans un engrenage, qui se dénouera dans un déchaînement de violence inattendu. Anti-spectaculaire (à part les quelques dernières minutes) et aride, mais servi par un Ricardo Darin qui excelle dans le rôle du héros taciturne rongé de l’intérieur, le film n’est jamais aussi fort que dans la description de ce climat, sinistre et paranoïaque, de l’Argentine des années 1970.