Jamais le premier soir Affiche

Jamais le Premier Soir : critiques

La critique de Premiere

(1)1
  • 1
    Après que le dernier goujat en date l’a larguée par coursier interposé, Julie déprime chez elle, découvre les livres de développement personnel et tombe sous le charme d’Ange, qui lui donne des ailes. Satire rebattue sur les marchands de bonheur doublée d’une comédie romantique (avec Jean-Paul Rouve dans un rôle de libraire à la Hugh Grant, Mélanie Doutey et Julie Ferrier dans celui des copines qui couinent), ce premier film brille par son impersonnalité. Mélissa Drigeard n’a pas encore trouvé son chemin intérieur.

Les autres avis de la presse

(9)2
  • Télé 7 jours ()2
    Sympa, à défaut d’être très originale, cette comédie romantique dispose d’un joli casting et séduira les aficionados
  • Public ()3
    Bref, c’est pile-poil le flm qu’on a envie de voir entre copines après le boulot et qui fait du bien au moral.
  • Version Femina ()2
    Le sujet n’est pas nouveau, certes, mais on se laisse charmer par cette comédie qui joue sur une complicité féminine sympathique sans exclure les garçons
  • Toutlecine.com ()2
    Une bonne comédie à regarder entre copines et qui vous fera rire !
  • Télé loisirs ()3
    Une comédie hilarante emballée par l'énergie comique d'Alexandra Lamy.
  • Gala ()2
    Mais Alexandra Lamy y livre une prestation réjouissante (...) et, rien que pour la scène d'ouverture, on conseille le film à toutes les filles au coeur brisé.
  • Ecran Large ()2
    3 filles trentenaires et pas mal de clichés, la comédie romantique de base où l'héroïne enchaîne les mauvaises rencontres avant de remarquer enfin son libraire... Oui mais, les 3 actrices ensemble ont une vraie complicité et Julien Boisselier dans un rôle de tête à claques, c'est assez jubilatoire.
  • StudioCiné Live ()1
    Le film peine à prendre son envol (...) La belle énergie d'Alexandra Lamy séduit toujours. Avec la jolie ironie de Jean-Paul Rouve, elle porte ce premier film sur les épaules.
  • Le Parisien ()0
    Les aventures du trio sont ici cousues de fil blanc. Les situations où elles draguent tant bien que mal ne sont pas drôles voire pitoyables.