Date de sortie 15 juillet 2009
Durée 96 mn
Réalisé par Xavier Dolan
Avec Anne Dorval , Xavier Dolan , François Arnaud
Scénariste(s) Xavier Dolan
Distributeur Rezo Films
Année de production 2009
Pays de production Canada
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Hubert Minel n'aime pas sa mère. Du haut de ses seize ans, il la jauge avec mépris, ne voit que ses pulls ringards, sa décoration kitch et les miettes de pain qui se logent à la commissure de ses lèvres quand elle mange bruyamment. Au-delà de ces irritantes surfaces, il y aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice. Confus par cette relation amour / haine qui l'obsède chaque jour de plus en plus, Hubert vague dans les arcanes d'une adolescence à la fois marginale et typique - découvertes artistiques, expériences illicites, ouverture à l'amitié, sexe et ostracisme - rongé par la hargne qu'il éprouve à l'égard d'une femme qu'il aimait pourtant jadis.

Toutes les séances de J'ai tué ma mère

Dernières News sur J'ai tué ma mère

J'ai tué ma mère : le début de la belle histoire entre Xavier Dolan et ses actrices fétiches

Rayonnantes dans Mommy, Anne Dorval et Suzanne Clément étaient déjà les héroïnes du premier film de Xavier Dolan, diffusé ce soir sur France 4.

Photos de J'ai tué ma mère

DR
PRODUCTION / MIFILIFILMS
PRODUCTION / MIFILIFILMS
PRODUCTION / MIFILIFILMS
PRODUCTION / MIFILIFILMS
PRODUCTION / MIFILIFILMS

J'ai tué ma mère

J'AI TUE MA MERE (2009)

J'AI TUE MA MERE (2009)

J'AI TUE MA MERE (2009)

J'AI TUE MA MERE (2009)

J'AI TUE MA MERE (2009)

Casting de J'ai tué ma mère

Xavier Dolan
Hubert Minel
François Arnaud
Antonin Rimbaud
Suzanne Clément
Julie Cloutier

Critiques de J'ai tué ma mère

  1. Première
    par Alex Masson

    Récit semi-autobiographique d’une collusion mère-fils, ambiance de confession, recherche formelle entre l’artisanal et le sophistiqué, cataclysme d’un coming-out en huis clos : trop de similarités, jusque dans la sélection à la Quinzaine des réalisateurs, font de J’ai tué ma mère un « copier-coller » éhonté du Tarnation de Jonathan Caouette. Avec – énormes nuances qui font la différence – l’authenticité de la souffrance névrotique en moins et la morgue d’un élève s’échinant à faire passer une relecture scolaire d’emprunt pour un talent inné en plus.