In The Family

In The Family

Internautes
0

Aucun vote pour le moment

Première
3.75

(1 critique)
Presse
3.61111

(9 critiques)
Votre avis
Première
3.75

Télérama
1.25

Le JDD
3.75

Le Monde
2.5

L'Express
2.5

StudioCiné Live
5

Les Inrocks
5

Libération
3.75

A voir à lire
5

Critikat.com
3.75

La critique de Premiere
3.75

Bernard Achour
3.75

Il ne faut pas se laisser effrayer par la durée de ce film, près de trois heures qui passent comme un souffle, indissociables de la splendide apnée émotionnelle qu’offre cette histoire sensible et du sentiment ininterrompu de fraternité qui nous lie à son personnage principal. Le scénario évoque une thématique proche de celle de "My Two Daddies" (sorti cette semaine) et prend lui aussi le pouls de préoccupations très actuelles. Grâce à l'incarnation et au regard porté, "In the Family" transcende l’aspect purement revendicatif de son point de départ pour aboutir à un petit miracle d’empathie, d’équilibre et de résonances à entrées multiples. Sans jamais juger qui que ce soit, mais avec un sens inné de la terreur insidieuse, c’est au démantèlement progressif d’un homme et de la légitimité d’une histoire d’amour qu’on nous propose d’assister, au combat des sentiments contre le Code civil et les idées fausses, le tout cimenté par une ambition artistique et une humanité que seuls deux flash-back superflus tempèrent de façon presque subliminale.

Les autres avis de la presse (9)
3.61111

StudioCiné Live
(Thierry Chèze)
5

On ne s'ennuie pas une seconde devant ce film pudique , subtil et jamais manichéen. Un film paradoxal qui semble constamment s'inventer et projet devant lui un nouvel obstacle à franchir. (...) Un grand moment de cinéma.

A voir à lire
(la rédaction d'Avoir à lire)
5

Un joli coup d’essai du réalisateur. "In the Family" offre une vision nouvelle du drame familial/identitaire, qui s’éloigne des stéréotypes du genre, pour explorer les sentiments tout en pudeur et profondeur. Le sujet est d’actualité, mais son traitement le propulse hors du commun.(...) Une oeuvre intimiste qui ne viole pourtant jamais l’intimité des personnages.

Télérama
(Frédéric Strauss)
1.25

La durée du film est franchement excessive, mais elle lui permet de prendre ses distances avec le débat de société et les discours militants. C'est une recherche plus intérieure qui se déploie : comment, face à l'exclusion qui le frappe, un homme résiste, affirme sa place et son identité.

Les Inrocks
(Jacky Goldberg)
5

Tout, dans le film, de son existence à son récit, de sa visibilité à sa mise en scène, tient du miracle. "In the Family" est un coup de tonnerre dans le ciel un peu trop bleu du cinéma indépendant américain. Un coup de tonnerre, et pourtant le film le plus doux, le plus soyeux qui soit.

Libération
(Guillaume Tion)
3.75

Un film dont la forme est igide, austère, pialatesque : une succession de plans fixes accueillant des scènes de quelques minutes, de moins en moins vivantes, de plus en plus solitaire.

L'Express
(Christophe Carrière)
2.5

Alors oui, c'est bien joué, bien écrit, bien émouvant, mais formellement bien complaisant. Le principe de ne filmer qu'en plans fixes est une idée originale, qui lasse rapidement. Péché d'orgueil d'un réalisateur dont c'est le premier long-métrage, qui ne manque pourtant pas de sensibilité, ni de sincérité et d'intelligence.

Le Monde
(La redaction du Monde)
2.5

C’est un peu long, indubitablement, pour ce qu’il a à montrer. Centré sur un sujet intéressant et important, le film, contrairement à ce que son titre pouvait laisser présager, fait l’erreur de se focaliser sur son personnage principal au lieu de s’attacher au réseau compliqué des liens familiaux.

Critikat.com
(La rédaction de Critikat)
3.75

Le film est irrigué par une force tranquille, celle d’un réalisateur arrivé au septième art après un passage par le théâtre, avec dans l’idée que les choix esthétiques dominant le circuit indépendant étaient devenus conventionnels, ennuyeux et répétitifs et qu’il fallait réapprendre à regarder, en mettant des moyens purement cinématographiques au service de son récit. "In the Family" donne surtout le sentiment d’assister à l’émergence d’un cinéaste inclassable. Ils se font rares aux États-Unis.

Le JDD
(Alexis Campion)
3.75

Chronique édifiante d’une dispute familiale autour de la garde d’un petit garçon élevé par deux hommes.

Box-office

Sur la période du 15/03 au 21/03 2017
En collaboration avec CBO

13%
Nombre d'entrées: 
522 936
Cumul des entrées: 
1 148 508

10%
Nombre d'entrées: 
418 728
Cumul des entrées: 
1 818 172

9%
Nombre d'entrées: 
358 134
Cumul des entrées: 
3 140 060

7%
Nombre d'entrées: 
291 171
Cumul des entrées: 
291 171

7%
Nombre d'entrées: 
278 113
Cumul des entrées: 
818 014

Les plus vues