Titre original About Time
Date de sortie 6 novembre 2013
Réalisé par Richard Curtis
Avec Domhnall Gleeson , Rachel McAdams , Bill Nighy
Scénariste(s) Richard Curtis
Distributeur Universal Pictures France
Année de production 2013
Pays de production GB
Genre Comédie, Romance

Synopsis

À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps...Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim  apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir... Il décide donc de rendre sa vie meilleure...en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary.Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afi n de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel.Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

Photos

Il était Temps

Critiques

  1. Première
    par Stephanie Lamome

    Pas question ici de remonter dans le temps pour assassiner Hitler. Tim (Domhnall Gleeson, translucide), un garçon inoffensif qui accroche des posters d’Amélie Poulain dans sa chambre, ne peut intervenir que sur le cours de son propre destin. En usant et en abusant de la touche rewind pour un oui ou pour un non (et si je voyageais cinq fois dans le temps pour changer le discours de mon témoin de mariage ?), le scénario épuise un concept qui finit par virer au pur gimmick. À force de rembobiner le film avec tous ses personnages furieusement gentils, on a l’impression de faire du surplace, alors même que l’histoire s’étale sur plusieurs années. Un paradoxe dont Il était temps a du mal à se remettre malgré le savoir-faire évident de Richard Curtis (roi de la romcom british pas conne à qui l’on doit notamment Coup de foudre à Notting Hill, les deux Bridget Jones, Love Actually...) et la nouvelle frange de Rachel McAdams, toujours aussi cute.