Titre original Manuel
Date de sortie 7 mars 2018
Durée 95 mn
Réalisé par Dario Albertini
Avec Andrea Lattanzi , Giulia Elettra Gorietti , Francesca Antonelli
Scénariste(s) Dario Albertini, Simone Ranucci
Distributeur Le pacte
Année de production 2017
Pays de production Italie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Errant dans les rues de son quartier en banlieue de Rome, Manuel tente devenir un adulte responsable. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur sa elle. Manuel pourra-t-il aider sa mère à retrouver sa liberté sans perdre la sienne ?

Offres VOD

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 5.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 5.99 € Louer 11.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 1.99 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 4.99 € Louer 11.99  € Acheter

Critiques

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Manuel (Andrea Lattanzi, remarquable) vient de fêter ses 18 ans. Le temps de la liberté et des rêves puisqu’il va pouvoir quitter le foyer pour jeunes où il vivait depuis l’incarcération de sa mère. Mais aussi celui de la responsabilité et du retour rapide à la réalité car, pour que celle- ci obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur elle. Dario Albertini filme ce passage à marche forcée de l’adolescence à l’âge adulte avec une étonnante douceur enveloppante. En prolongeant son documentaire La repubblica dei Ragazzi consacré à une structure pour orphelins près de Rome sous forme de fiction, il signe ici un minutieux portrait de l’Italie des laissés-pour-compte à travers celles et ceux que Manuel va croiser sur sa route dans la périphérie de la cité romaine. Comme autant de boussoles pour ce saut dans le grand bain, sans véritable repère. On pense au cinéma des Dardenne pour la manière d’Albertini de nous propulser par sa réalisation et ses cadrages dans la peau de son héros mais aussi évidemment au cinéma néo-réaliste italien dont Albertini se révèle un héritier plus que convaincant. Avec une délicatesse de chaque instant qui empêche son propos de verser dans le misérabilisme facile.