Titre original Funny Games
Date de sortie 23 avril 2008
Réalisé par Michael Haneke
Avec Naomi Watts , Tim Roth , Michael Pitt
Scénariste(s) Michael Haneke
Distributeur Les Films du Losange
Année de production 2008
Pays de production américain
Genre Drame psychologique, Thriller

Synopsis

Ann, George et leur fils Georgie sont en route vers leur résidence secondaire pour y

Offres VOD

LaCinetek SD HD LaCinetek 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
SFR SD SFR 2.99 € Louer
FTV SD FTV 2.99 € Louer 10.99  € Acheter
Nolim Films SD HD Nolim Films 11.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer
CANAL VOD SD CANAL VOD 2.99 € Louer

Photos

Funny Games Us

Critiques

  1. Première
    par Veronique Le Bris

    A quoi bon un tel remake, direz-vous? Beaucoup n'ont pas pu se confronter à la version originale. Ils pourront d'autant mieux se rattraper qu'une seule chose a vraiment changé: la violence la plus banale est devenue encore plus omniprésente dans nos vies. En faisant monter la trouille quasiment dès les générique, Michael Haneke prouve une fois de plus que sa démarche est nécessaire. Voire indispensable.

  2. Première
    par Jean-François Morisse

    Funny Games, le remake du film de Michael Haneke par Michael Haneke reste fidèle à lui-même. Film d’angoisse, de tension et de malaise, ce thriller joue avec nos nerfs comme un cocaïnomane jouerait avec les cordes d’un banjo déglingué. On retient son souffle, redoutant une violence bien plus psychologique que physique. Car Haneke est un drôle d’oiseau qui sait détourner le regard pour encore mieux exacerber la tension de ses scènes. Les longueurs et les silences que certains trouveront pénibles concourent à faire de ce film un objet aussi dérangeant que séduisant. Outre cette violence insolente, Haneke a bien entendu conservé cette réflexion sur l’irruption de la fiction dans le réel ou comment peut-on appréhender des événements qui surviennent en marge de nos existences balisées ? Comme si l’héroïsme n’était en fin de compte qu’un artefact de la fiction, une abstraction du réel.