Titre original Fruitvale
Date de sortie 1 janvier 2014
Réalisé par Ryan Coogler
Avec Michael B Jordan , Melonie Diaz , Octavia Spencer
Scénariste(s) Ryan Coogler
Distributeur ARP
Année de production 2013
Pays de production US
Producteurs Forest Whitaker Octavia Spencer
Genre Drame

Synopsis

Au matin du 1er janvier 2009, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, à Oakland. Confondant son Taser avec son pistolet, l’un d’eux lui tire dans le dos. Le film raconte la dernière journée de la victime.

Offres VOD

UniversCiné SD HD UniversCiné 9.99  € Acheter
SFR SD SFR 2 € Louer
FNAC SD FNAC 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos

DR
DR
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Critiques

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Véritable phénomène de festivals (Sundance, Cannes, Deauville) auréolé de prix prestigieux et encensé par des thuriféraires, Fruitvale Station a longtemps été présenté comme le digne successeur d’un autre film surprise : Les Bêtes du Sud sauvage, de Benh Zeitlin. Mais mieux vaut revoir ces ambitions à la baisse. Pendant une heure et demie, voulant montrer que son personnage principal était un mec bien, Ryan Coogler (27 ans seulement) ne cherche qu’à provoquer l’empathie, voire l’indignation, du spectateur. Hélas, les bonnes intentions ne font pas les bons films et l’on s’interrogera d’autant plus volontiers sur l’angélisme et la naïveté de la démonstration. Pétard mouillé pour autant ? Non car le coup d’essai n’est pas insignifiant. Mû par sa sincérité et donc par une absence de calcul démago, Coogler a du talent, rappelant un peu le Spike Lee rageur et fougueux des années 90 dans son habileté à diriger ses comédiens, tous formidables.