Titre original Freakonomics
Date de sortie 4 janvier 2012
Réalisé par Alex Gibney, Seth Gordon, Heidi Ewing, Rachel Grady, Eugene Jarecki, Morgan Spurlock
Distributeur Eurozoom
Année de production 2011
Pays de production US
Genre Documentaire

Synopsis

Le bakchich généralisé à l'école permet-il d'avoir de meilleures notes ? Le prénom choisi par vos parents forge-t-il votre destin ? Les lutteurs de sumo sont-ils véritablement au dessus de tous soupçons ? …Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'économie, sans oser le demander, Freakonomics vous le révèle.Adaptation au cinéma du best-seller éponyme écrit par l'économiste hors norme Steven Levitt et le journaliste du New York Time Stephen Dubner, le film offre une approche inédite de l'économie, bousculant au passage les évidences et les idées reçues.Avec humour et originalité, les réalisateurs, dont Morgan Spurlock (Super Size Me) et Seth Gordon (Comment tuer son Boss?) mettent en scène de maniere ludique les lois de l’économie pour expliquer les comportements des individus en société.Mêlant culture populaire, théories sérieuses et vérités statistiques, Freakonomics pose des questions en apparence saugrenues et met en évidence des liens de cause à effet totalement inattendus. Transformant l'économie en un divertissement accessible à tous, Freakonomics révèle la face cachée de toutes choses.

Offres VOD de Freakonomics, le film (Documentaire)

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 8.99  € Acheter

Photos de Freakonomics, le film (Documentaire)

DR
DR

Freakonomics, le film (Documentaire)

Freakonomics, le film

Critiques de Freakonomics, le film (Documentaire)

  1. Première
    par Guillaume Loison

    L’idée de départ, plutôt marrante, consiste à filmer des expériences ou des enquêtes sociologiques saugrenues du genre : « Notre prénom influence-il notre vie ? » Sauf que toutes ces hypothèses délirantes, développées chacune par un documentariste distingué (dont Morgan « Super Size Me » Spurlock), n’amènent que des conclusions d’une banalité extrême où le bon sens reprend finalement ses droits. Du coup, une question reste sans réponse : pourquoi en avoir fait un film ?