Titre original Step Brothers
Date de sortie 19 novembre 2008
Réalisé par Adam McKay
Avec Will Ferrell , John C. Reilly , Mary Steenburgen
Scénariste(s) Will Ferrell, Adam McKay
Distributeur Sony Pictures
Année de production 2008
Pays de production Etats-Unis
Genre Comédie
Couleur Couleur

Synopsis

A 39 ans, Brennan Huff n’a toujours pas de job sérieux et vit chez sa mère, Nancy. De son côté, Dale Doback est un éternel chômeur de 40 ans qui vit encore avec son père, Robert. Lorsque Robert et Nancy se marient et emménagent sous le même toit, Brennan et Dale deviennent frères malgré eux et se retrouvent à vivre ensemble. Quand leurs querelles infantiles et leur incorrigible paresse menacent de faire exploser leur toute nouvelle famille, ces deux quarantenaires immatures imaginent un plan insensé pour réconcilier leurs parents. Mais pour y parvenir, ils vont devoir faire équipe, et peut-être même quitter la maison...

Dernières News

Marion Cotillard avoue pleurer devant Frangins malgré eux

L’actrice craque toujours à la fin de la comédie avec Will Ferrell.

Will Ferrell et John C. Reilly réunis pour Holmes & Watson

Le duo comique mythique de Frangins malgré eux mène l’enquête.

Photos

Frangins malgré eux

Critiques

  1. Première
    par Alex Masson

    Deux quadragénaires dont les QI n’atteignent pas celui de l’ado le plus immature deviennent frères quand la mère de l’un épouse le père de l’autre. Voilà des personnages rêvés pour Will Ferrell et John C. Reilly, réunis pour le meilleur et pour le rire dans une version dégénérée de Tanguy dans laquelle on se soucie plus de la déconne que du phénomène des enfants qui s’incrustent dans le foyer parental. Débarrassés de toute forme de réflexion, Ferrell et Reilly se concentrent sur ce qu’ils font le mieux : jouer les crétins congénitaux. Quand leur délire régressif sans limites atteint des sommets (la scène de somnambulisme, la baston avec de vrais gamins...), cette fête à neuneus se transcende en un concentré d’innocence enfantine qui confirme l’appartenance de Ferrell à la famille du grand cinéma loufoque américain, des Trois Stooges à Beavis et Butt-Head. Qu’il la squatte aussi longtemps que possible !