Titre original Estiu 1993
Date de sortie 19 juillet 2017
Durée 97 mn
Réalisé par Carla Simón
Avec Laia Artigas , Paula Robles , Bruna Cusí
Scénariste(s) Carla Simón
Année de production 2017
Pays de production Espagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Frida, six ans, regarde en silence les derniers objets de l'appartement de sa défunte mère placés dans des boîtes. Ses amis lui disent au revoir. Elle part habiter chez la famille de son oncle. Frida a dû mal à faire son deuil et à s'habituer à sa nouvelle vie. De leur côté, son oncle et sa tante tente de trouver la bonne méthode d'éducation et font de leur mieux pour qu'elle se sente à l'aise chez eux. Les rapports sont parfois tendus mais Frida commence à s'habituer à sa nouvelle maison à la campagne, loin de sa ville natale de Barcelone...

Offres VOD

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 9.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 11.99  € Acheter

Toutes les séances

Dernières News sur Eté 93

DVD : Eté 93 est un beau moment d'émotion

Le premier film de l'espagnol Carla Simón qui vient de sortir en DVD est la très belle observation à juste distance d'un douloureux moment d'enfance.

Critiques

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    1993 : Frida, une petite fille de 6 ans, vient de perdre ses parents. Elle est placée chez son oncle et sa tante, au cœur de la campagne catalane, pour y passer l'été. Malgré son sujet casse-gueule, le premier film de Carla Simón évite un double écueil : celui du mélo bien épais, et celui de la nostalgie 90s (pas de placement de tubes vintage, c'était pourtant l'été de "Runaway Train" de Soul Asylum). La grâce équilibriste d'Eté 93 tient au regard naturaliste de la caméra de Simón, qui reste constamment à hauteur d'enfant avec le recul nécessaire, sans polluer le jeu de ses deux jeunes actrices en y plaquant ses visions d'adulte. Se détachant d'une structure dramatique trop rigide, en fonctionnant comme l'observation à très bonne distance, ni trop proche ni trop lointaine, des relations entre les deux gamines -Laia Artigas et Paula Robles, 6 et 3 ans, étonnantes petites trouvailles qui ne semblent pas être perturbées par la présence de la caméra- le film s'envisage plus comme une épure documentaire que comme un sirupeux Grand chemin catalan. La cinéaste refuse l’extase esthétique : pas de soleil qui bave dans la caméra, pas de balades bucoliques dans la nature. Pas non plus d'esquive de la cruauté plus ou moins inconsciente des enfants comme des adultes. De la justesse avant toute chose. C'est ainsi que le film parvient subtilement à débusquer une émotion pure : comment le deuil le plus brutal qui soit ne finira plus qu'à être un mauvais souvenir d'enfance, comme les autres, perdu dans la chaleur d'un été brûlant, comme les autres.