Date de sortie 13 octobre 2010
Durée 111 mn
Réalisé par Gilles Paquet-Brenner
Avec Kristin Scott Thomas , Mélusine Mayance , Niels Arestrup
Scénariste(s) Serge Joncour, Gilles Paquet-Brenner
Distributeur UGC
Année de production 2010
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Paris, de nos jours. Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vél d'Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille une fillette qui avait 10 ans en juillet 1942. Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial. Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont ils se mêler pour révéler un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches? La vérité issue du passé a parfois un prix dans le présent...D'après le roman de Tatiana de Rosnay.

Toutes les séances de Elle s'appelait Sarah

Dernières News sur Elle s'appelait Sarah

Audiences TV : Presque 6 millions de téléspectateurs pour la comédie La Cage Dorée

La comédie La Cage Dorée, sortie en 2013, permet à TF1 d’être en tête des audiences devant Capital (M6), Les Enquêtes de Murdoch (France 3) et Elle s’appelait Sarah (France 2).

Photos de Elle s'appelait Sarah

DR
Julien Bonet

Elle S'Appelait Sarah

Photographe de Plateaux

Casting de Elle s'appelait Sarah

Mélusine Mayance
Sarah Starzynski
Niels Arestrup
Jules Dufaure
Frédéric Pierrot
Bertrand Tezac

Critiques de Elle s'appelait Sarah

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Emmenée par une Kristin Scott Thomas une nouvelle fois éblouissante (de la classe, touchante, pugnace), l’histoire allie ambition (la reconstitution du Vél’d’Hiv’, la belle photo de Pascal Ridao), crescendo dramatique (ne pas rater le dernier quart d’heure) et caractérisation des personnages (mention spéciale au toujours parfait Frédéric Pierrot, dans un rôle jamais simple de mari velléitaire). On regrettera toutefois quelques longueurs et un petit air de déjà-vu, mais rien d’inexcusable.