Eldorado

Eldorado

Internautes
0

Aucun vote pour le moment

Première
5

(1 critique)
Presse
3.75

(3 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
5

Alex Masson
5

Personne n'est normal dans Eldorado, mais tous sont liés par une superbe mélancolie ordinaire. Celle-ci réunit beaucoup de monde dans le coffre de ce road-movie à part: en tête, Bouli Lanners et Fabrice Adde, prodigieux comédiens; en queue, les ombres de Kaurismäki, Wenders et Alain Cavalier, avec qui Lanners partage un sens dépouillé de l'errance ou du burlesque. Mais on aurait tort de limiter un film à sa belle singularité faussement décalée, puisqu'il refuse de se résigner, pour se recentrer sur ce qui fait son moteur: une bouleversante humanité.

Les autres avis de la presse (3)
3.75

Pariscope
(Virginie Gaucher)
3.75

Embarquant ses personnages -pas très « état concours », voire même hors concours- dans une belle Américaine, le comédien et réalisateur belge Bouli Lanners les jette sur les routes, tels deux cowboys bien fatigués d’un western existentiel et crépusculaire. Deux poor lonesome héros dont l’un au moins refuse de désespérer. La musique accompagne magnifiquement cette balade à l’américaine drôle et désenchantée, parsemée de beaux moments d’émotion et de quelques scènes surréalistes et burlesques, très drôles, dont l’arrivée surprenante d’un Alain Delon ou de l’inquiétant Philippe Nahon. Les chants désespérés sont les chants les plus beaux : avec un regard tendre et neuf sur les paysages wallons, et sur une humanité promise à crever seule comme un chien, Bouli Lanners signe un film magnifique. L’Eldorado n’est pas au plat pays, ni même de ce monde, d’ailleurs.

Elle
(Françoise Delbecq)
3.75

Certes, les grosses ficelles sont là, mais Bouli Lanners sait aussi instiller par touches délicates une jolie dose de poésie. Il faut voir le regard terrorisé de la mère quand elle entend son fils et son mari se disputer, le visage rempli de grâce d'Yvan lorsqu'il fait part de son sentiment de culpabilité... Et puis ces paysages belges filmés comme des étendues de Far West. Eldorado, c'est un petit paradis!

Paris Match
(Alain Spira)
3.75

Une fois de plus, le cinéma belge affirme son exception culturelle, ainsi que l'originalité dévastatrice de ses cinéastes et la personnalité de ses acteurs. Un point de départ idéal pour un road-movie étonnant et insolite dont chaque étape scénaristique ménage une surprise au spectateur. Jean-Paul de Zaetidj, le directeur de la photo, a fait un travail remarquable pour illustrer cette histoire simple et terrible. Et si les deux héros de ce drame comique trimballent leur carcasse dans une caisse américaine, le scénario, lui, n'emprunte par les highways hollywoodiens mais les chemins de traverse.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 09/05 au 15/05 2018
En collaboration avec CBO

22%
Nombre d'entrées: 
767 431
Cumul des entrées: 
4 384 210

11%
Nombre d'entrées: 
391 207
Cumul des entrées: 
391 207

7%
Nombre d'entrées: 
255 384
Cumul des entrées: 
600 178

7%
Nombre d'entrées: 
251 720
Cumul des entrées: 
3 436 623

5%
Nombre d'entrées: 
186 907
Cumul des entrées: 
186 907

PREMIÈRE ACTUS