Titre original Grzeli nateli dgeebi / In Bloom
Date de sortie 27 novembre 2013
Réalisé par Simon Gross
Avec Lika Babluani , Mariam Bokeria , Zurab Gogaladze
Distributeur Arizona Films
Année de production 2013
Pays de production GE
Genre Drame

Synopsis

Inséparables, Eka et Natia vivent à Tbilissi, en Géorgie, au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique.  À 14 ans, elles vivent le quotidien des jeunes filles de leur âge, dans la rue, à l’école, avec les amis ou la famille. Confrontées à la domination des hommes, elles luttent pour leur liberté avec l’énergie et la force de la jeunesse.Porté par une mise en scène éblouissante et le talent du directeur de la photographie Oleg Mutu, qui collabore régulièrement avec Cristian Mungiu et Sergei Loznitsa, le film est une plongée passionnante au cœur d’un pays meurtri et d’une ville qui reste belle, malgré tout.

Offres VOD de Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

Photos de Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Affiche Française

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Eka & Natia Chronique d une Jeunesse Georgienne

Casting de Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

Critiques de Eka & Natia, Chronique d'une Jeunesse Géorgienne

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Géorgie, début des années 90. Deux adolescentes subissent d’innombrables violences physiques et psychologiques. En narrant le parcours de leurs héroïnes sur un rythme monocorde, les cinéastes rendent étrangement froide cette lutte contre la domination masculine et le déterminisme familial. Le salut vient alors des quelques séquences de fête qui proposent une atmosphère plus vibrante et font apprécier à sa juste valeur la photographie d’Oleg Mutu