Titre original Une oeuvre d'art
Date de sortie 3 octobre 2012
Réalisé par Yvan Attal
Avec Yvan Attal , François Cluzet , Laetitia Casta
Scénariste(s) Yvan Attal
Distributeur UGC Distribution
Année de production 2012
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Un soir, Jeff débarque sans prévenir chez Ben. Pour célébrer ces retrouvailles et distraire son vieux copain de sa vie rangée, Jeff l'entraîne dans une fête. Sur place, une discussion évoque un festival de porno amateur et l'idée prend vite l'allure d'un pari : Jeff et Ben coucheront ensemble sous l’œil d'une caméra. Ce n'est ni gay ni porno, ce sera de l'Art ! Le lendemain, impossible de se dégonfler. Rien ne les arrêtera, sauf peut-être la femme de Ben, l'hétérosexualité ou certaines questions mécaniques...Remake du film Humpday.

Offres VOD de Do Not Disturb

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos de Do Not Disturb

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Do Not Disturb

Do not disturb

Do not disturb

François Cluzet et Yvan Attal

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Do not Disturb

Critiques de Do Not Disturb

  1. Première
    par Bernard Achour

    Il y avait là un sujet et une occasion en or. Côté sujet : le désir inconscient, assumé ou combattu qui s’invite parfois dans les grandes amitiés masculines. L’occasion : celle de faire oublier Humpday, navrante pochade américaine dont Yvan Attal nous propose ici le remake. D’où vient alors que, non content d’échouer sur les deux tableaux, son film provoque un tel sentiment d’énervement ? On hésite à écrire ce mot terrible, mais c’est bel et bien de lâcheté dont il semble être question. Comme si l’idée même que ses héros puissent éprouver le moindre début de véritable attirance physique le terrifiait, le paralysait, voire lui répugnait, Attal les embarque dans une sorte de défi prétendument « artistique », destiné – à l’égal d’une injection d’héroïne, d’une automutilation ou d’une cascade kamikaze – à les confronter à leurs plus extrêmes limites. Le trouble attendu cède ainsi la place à une démission intellectuelle, l’abattage embarrassé des comédiens résonnant telle une injure face à l’acuité pourtant vertigineuse des enjeux.